La circulation sur le tronçon qui relie la ville de Ben Guerdane et le poste frontalier de Ras Jdir est presque inexistante, dans les deux sens. Juste un nombre réduit de véhicules administratifs ou d’autres munis d’autorisations. Plus de marchandises exposées en vrac et en grand nombre sur les deux rives comme avant. La majorité des boutiques sont fermées. Et plus on s’éloigne de la ville et on s’approche de la frontière, plus la présence des forces mixtes de sécurité est massive et le contrôle des identités assez fréquent.

A Ras Jdir, les deux points de passage sont fermés dans les deux directions et le trafic est complètement paralysé. Quelques policiers, gendarmes et douaniers sont présents , en plus de quelques experts en mécanique-auto qui sont désignés par la direction régionale de la douane pour examiner et effectuer des rapports concernant un lot de véhicules qui compte environ 200 voitures, 7 motos, 4 camions et 3 semi-remorques qui ont été saisis et confisqués, en situation irrégulière, bien sûr, dans toute la région du Sud-Est, avons-nous appris.

Ils feront l’objet d’un appel d’offres et seront vendus prochainement. Quelques-uns sont en état de marche et d’autres sont vétustes. C’est la  seule activité provisoire en cours  sur les lieux, ce mercredi 7 octobre; et la fermeture de ce point frontalier est due, bien sûr, à la propagation de la pandémie du Covid-19.

Espérons que ce blocage ne tardera pas à prendre fin pour que les échanges commerciaux reprennent entre les deux pays voisins et que la vie reprenne son cours normal.

Charger plus d'articles
Charger plus par Dhaou MAATOUG
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire