Covid-19 oblige, la 3e édition de l’«Open Art Week» se digitalisera en adoptant un contenu consistant aux attentes de son public, et ce, du 19 octobre au 11 décembre 2020. Cette nouvelle édition, qui s’étalera sur deux mois, fera face ainsi à la crise sanitaire mondiale…

Comme presque partout dans le monde, le secteur de la culture, de l’art et de l’évènementiel est l’un des plus touchés par cette pandémie mondiale, mais au lieu de jeter les armes définitivement, il faut s’adapter et être fructueux à distance et à l’ère du 2.0, c’est possible. S’adapter, c’est insérer les projets bâtis dans des espaces virtuels. «My Future», — titre attribué à cette 3e édition- s’annonce être un exemple type. Elle est, en effet, organisée par l’Italie, l’Europe et la Tunisie et cible, principalement, créateurs de mode, dessinateurs de B.D., illustrateurs, metteurs en scène. Ensemble, ils exprimeront craintes, doutes, peur, déroute ressentie dans un monde actuel en pleine ébullition sur tous les plans : existentiels, économiques, sociaux, sanitaires…

Le contenu de cette édition sera, donc, établi et édifié par des commissaires internationaux et spécialistes. Un contenu décliné en trois projets : « La nouvelle frontière », « Fashion Break » et « Fashion conversations ». Les artistes sont  de différentes nationalités : 30 créateurs nord-africains et européens feront leurs preuves.

« La nouvelle frontière » 

A partir du 19 octobre, « La nouvelle frontière », une exposition de bandes dessinées qui inclura 14 jeunes artistes : dessinateurs, scénaristes et illustrateurs ouvriront le festival. L’exposition est ouverte au public jusqu’au 19 novembre à l’Institut culturel italien de Tunis et sera consultable en ligne sur openartweek.com. Elle est co-organisée  avec «La Biblioteca delle Nuvole», l’une des plus grandes bibliothèques italiennes de bandes dessinées et d’illustrations, le Lab619, un collectif tunisien reconnu et souvent primé, et l’association suisse « Fokus Illustration ».  Sous la direction artistique de Claudio Ferracci et Abir Gasmi, le but est de pousser les artistes participants à la création chacun à sa manière. Une manière d’illustrer cette période historique que nous vivons et son impact global sur notre mode de vie.

Il y aura 12 affiches d’auteurs qui illustrent une apocalypse prochaine dans laquelle les héros affrontent peur, solitude, doute, crise économique, maladies. Des affiches qui donneront vie  à une histoire circulaire en italien, arabe et français ou à ce qu’on peut appeler un « Roundrobin story », une histoire collective écrite de façon continue, lisible à partir de n’importe quel point de lecture… d’où l’universalité de l’œuvre.

Les artistes impliqués sont Claudio Calia, Andrea Calisi, Nadia Dhab, Daniel Drabek, Noha Habaieb, Timothy Hofmann, Fabio Lai, Seif Eddine Nechi, Ahmed Ben Nessib, Francesco Quadri, Giovanni Scarduelli, Emanuele Racca, Sergio Rossi, Kamal Zakour. L’exposition est organisée en partenariat et avec le soutien de l’ambassade d’Italie en Tunisie, l’Institut culturel italien à Tunis et de l’ambassade de Suisse en Tunisie.

La « Fashion Break » 

La 2e étape de la manifestation est la « Fashion Break» qui puisera sa force entièrement des réseaux sociaux, du 5 novembre au 3 décembre 2020. Il s’agit d’une exposition de clips vidéo de mode réalisés par des créateurs italiens et tunisiens de moins de 30 ans, organisée en tandem par Duccio Bosio, coordinateur du « Saint Laurent Couture Institute », et par Gaia Toschi, directrice de l’Open Art Week.

La «Fashion Break» est conçue à partir des pauses publicitaires diffusées lors des programmes de télévision et est une sorte d’«incursion» vidéo, de 180 secondes maximum chacune, lancée deux par deux tous les jeudis à 19h30 sur Facebook et Instagram sur la page Open Art Week et disponible en ligne sur la chaîne YouTube sur le site opertaweek.com.

Les auteurs des vidéos seront les lauréats du « Young Fashion Designers Mobile Contest 2020 », un concours lancé le 31 juillet par OAW, sélectionnés par un jury artistique international de professionnels de l’industrie, composé de Guia Rossi, rédactrice « Mode & Design de Condé Nast » et « Hearst Magazines Italia », Beppe Angiolini, président honoraire de la Chambre italienne des acheteurs italiens, Joanna Ben Souissi, productrice, photographe de mode et contributrice à Vogue Arabia, Myriam Riza, présentatrice radio et productrice pour Rtci et Farès Cheraït, créateur de mode. Les noms des dix vidéos et artistes gagnants seront connus à la mi-octobre 2020.

« Fashion conversations » 

Du 3 novembre jusqu’au 1er décembre 2020 se déroulera la 3e partie de l’édition de 2020.  « Fashion conversations » est une série de 5 rencontres en ligne animées par Duccio Bosio, tous les mardis à 19h30. Les rendez-vous hebdomadaires réunissent cinq professionnels ayant travaillé pour les plus grandes marques de mode internationales.

Les deux projets liés à la mode bénéficient du soutien de l’ambassade d’Italie en Tunisie, de l’Institut culturel italien à Tunis, de D&B, de la Chambre tuniso-italienne de commerce et d’industrie, du Groupe Olympias, et de la collaboration du IED- Istituto Europeo di Design et Esmod Tunisie.

En 2018, année de sa création, l’Open Art Week a été reconnu par l’Unesco et la « European Cultural Foundation » comme l’une des initiatives qui ont eu un impact majeur sur la transformation culturelle et sociale de la région Mena (Moyen-Orient et Afrique du Nord).

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire