Les deux derniers sondages politiques du mois d’octobre ne donnent pas le même taux d’intention de vote pour le Président Kaïs Saïed. Une différence de plus de 16 points mais, néanmoins, un fait partagé : Saïed reste de loin premier dans les sondages et de loin le plus «aimé» par les Tunisiens par rapport aux autres acteurs politiques. Indétrônable dans sa position malgré une conjoncture socioéconomique des plus austères, sans oublier le climat de pessimisme qui règne et le féroce clivage politique sur la scène nationale, il constitue un cas intéressant d’exploration. Comment expliquer politiquement ce phénomène ?

D’abord, on note quand même un recul progressif, mais pas criard, de la popularité de Saïed après sa première année de mandat. Mais cela reste insignifiant par rapport aux autres partis et personnages politiques qui n’ont plus de poids signifiant. Forcément, cette position avantageuse n’est pas fortuite, sachant que son électorat compte toujours des jeunes, des moins jeunes, des gens de droite et de gauche, des apolitiques, des intellectuels et des illettrés, des femmes et des hommes (on peut aller encore dans les critères). Il est clair que Kaïs Saïed incarne encore, en termes de perception (véritable mécanisme déterminant dans les sondages), l’image d’un dirigeant politique intègre, soucieux du respect de la Constitution (sa vocation d’enseignant universitaire est toujours là dans les esprits), équitable et surtout l’image d’un antisystème politique classique. Il est en quelque sorte un «néoconservateur» hostile aux partis et à la famille politique qui règnent depuis 9 ans déjà. Il joue sur les contradictions et les ratages en tous genres (économiques, éthiques et bien sûr politiques et médiatiques) de ses rivaux qui lui offrent, chaque jour, des cadeaux. En plus, il est grand gagnant, contrairement à ce qu’on dit, des conflits avec les partis au pouvoir. Il ne mâche pas ses mots envers tout le monde, et parle indirectement au nom du Tunisien (qui a voté ou qui s’est abstenu) exaspéré par la crise économique et la mauvaise gouvernance. Avec un petit pouvoir exécutif, Saïed bâtit, malgré des ratages et surtout un manque d’initiative, une image et un projet qui rompent avec ce pseudo-régime actuel où toutes les tares constitutionnelles sont permises sur fond de petits calculs. Pour certains, son discours est caduc, ses déclarations versent même dans les généralités, mais aussi pour les gens qui l’apprécient, il dit tout haut ce que tous les autres disent tout bas. Plus qu’un simple président, c’est un personnage, aux yeux des votants, qui ne fait pas de calculs et qui ne change pas de principes sous peine d’être accusé d’obstination et d’inflexibilité. Il parle direct, il ne ménage personne, il côtoie  l’homme de la rue (le détour qu’il a fait au cours d’une visite à Bizerte est un exemple édifiant), et le tout avec des messages affectifs qu’il sait choisir et un style réfléchi, contrairement à ce que pensent ses détracteurs. Kaïs Saïed sait parfaitement où il veut aller, il a un plan de route clair et se met à l’heure des présidents dits «populistes» mais qui ont un discours cassant et efficace.

Maintenant, peut-il, à l’usure, surclasser le parlement et ses rivaux politiques pour imposer son projet politique ? Pour le moment, il jouit encore de la confiance et de l’assise populaires qui lui permettent d’être confortablement assis sur son siège. Faute de rivaux crédibles, Saïed, aussi mystérieux et imperturbable qu’il est, peut encore survoler les sondages s’il s’aguerrit plus politiquement. Cela dit, il impose un nouveau genre de politique qui fuit l’idéologie, le clivage sec et qui se soucie plus de la moralité, de l’équité et de l’idée sacrée de l’Etat protecteur et justicier de ses citoyens. Ses concurrents, s’il en existe vraiment, vont suer s’ils continuent de vouloir le déstabiliser via les naïves campagnes médiatiques, notamment sur les réseaux sociaux. Autant ils s’enlisent, autant il consolide, lui, son leadership malgré tout.

  • De l’obligation scolaire…

    La Tunisie enregistre, chaque année, plus de cent mille cas d’abandon scolaire. Depuis 201…
  • Dialogue national

    LES appels à l’organisation d’un dialogue national qui devrait déboucher sur la mise en pl…
  • On ne retient que le négatif !

    Il serait illusoire de se voiler la face devant ce qui se passe chez nous. La crise financ…
Charger plus d'articles
  • Point de vue | L’affaire qui traîne!

    L’affaire Chebba-FTF n’a pas l’air de se décanter. Au contraire, ça a l’air de stagner, si…
  • Point de vue | Diego l’unique !

    Il s’est éteint pour le malheur de tous, ceux qui l’ont adulé et même ceux qui ne le suppo…
  • Un chemin périlleux

    CE qui s’est passé hier à Redeyef et Béja et auparavant à Gabès, Kasserine et pratiquement…
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
  • De l’obligation scolaire…

    La Tunisie enregistre, chaque année, plus de cent mille cas d’abandon scolaire. Depuis 201…
  • Dialogue national

    LES appels à l’organisation d’un dialogue national qui devrait déboucher sur la mise en pl…
  • On ne retient que le négatif !

    Il serait illusoire de se voiler la face devant ce qui se passe chez nous. La crise financ…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire