La chambre criminelle spécialisée dans la justice transitionnelle près le tribunal de première instance de Tunis entamera jeudi 16 mai le procès des personnes impliquées dans l’assassinat, en 1961, du dirigeant politique Salah Ben Youssef. Ce procès intervient après un processus d’instruction et de témoignages recueillis par l’Instance Vérité et Dignité qui a soumis le dossier à la justice, a indiqué l’avocat de la défense Afif Ben Youssef lors d’une conférence de presse tenue mercredi.
 » L’inculpation est prouvée pour six personnes à savoir Habib Bourguiba, Hassan Ben Abdelaziz El Ouerdani, Béchir Zarg Laayoun, Abdallah Ben Mabrouk El Ouerdani, Mohamed Ben Khlifa Mehrez, Hamida Binterbout « , a fait savoir l’avocat de la défense.
Selon lui, l’instruction du dossier a permis de prouver également la participation de l’Etat tunisien, de la présidence de la République tunisienne, de la Garde présidentielle, du ministère de l’Intérieur et du ministère des Affaires étrangères ainsi que de l’ambassade de Tunisie à Berne (en Allemagne) dans l’assassinat survenu dans la République fédérale d’Allemagne en 1961.
L’instruction a également permis, ajoute l’avocat, d’établir le silence de la RFA sur ce crime politique, laquelle n’a pas poursuivi les accusés à l’époque des faits, et ce, malgré que le crime ait été commis sur son territoire et que les autorités allemandes ont bel et bien reconnu les assassins de Ben Youssef.

Afif Ben Youssef a précisé que les accusations ont été classées étant donné le décès de la plupart des inculpés à l’exception de Abdallah Ben Mabrouk El Ouerdani et Mohamed Ben Khlifa Mehrez, dont les lieux de résidence demeurent inconnus ce qui a empêché l’IVD de les auditionner. L’instance a réussi cependant à auditionner Hmaida Binterbout dans le cadre de cette même affaire.
La chambre d’accusation a accusé Abdallah Ben Mabrouk El Ouerdani et Mohamed Ben Khlifa Mehrez, d’homicide volontaire avec préméditation. Hmaida Binterbout a été inculpée pour complicité d’homicide volontaire.
La conférence de presse a eu lieu en présence du fils de Salah Ben Youssef, Lotfi Ben Youssef qui est venu spécialement des Etats-Unis pour assister au procès. Pour lui, la famille demande que l’Etat tunisien reconnaisse qu’il a commis un crime d’Etat et présente des excuses.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire