«Mon cheminement artistique raconte mon histoire … celle d’une quête de sens perpétuelle et d’une reconnexion avec moi-même. Le papier s’est imposé à moi comme une évidence. Ce matériau si délicat et à la fois si résistant m’a toujours fascinée tant par ses textures que par les possibilités infinies qu’il offre», écrit l’artiste Sawsen Laouiti, qui présente actuellement sa première exposition personnelle «Mindfulness» à la galerie Saladin, à Sidi Bou Saïd.

Chez elle, c’est surtout l’histoire d’une grande passion, celle qu’elle voue à l’art, à son art, et à laquelle elle a fini par se consacrer entièrement. Un rêve qui l’a accompagnée durant ses années d’études et ses 16 ans d’expérience en entreprise et qu’elle a fini par concrétiser. Après un très riche parcours, fait d’études universitaires en gestion et en marketing, de postes de directrice marketing, d’enseignante en merchandising et de consultante en design et en digital, la jeune femme décide d’abandonner une carrière bien dessinée pour se recentrer sur ses passions et, en particulier, celle de l’art du pliage ou l’origami et son vaste champ d’exploitation et d’exploration.

L’origami, cet art populaire japonais qui consiste à plier du papier pour en faire des sculptures en trois dimensions, prenant, la plupart du temps, des formes animales (dont la plus connue est la grue) ou encore des formes géométriques parfois complexes. Un art qui exige précision, patience, dextérité et, bien entendu, créativité. Il repose sur le principe de réaliser des œuvres ne supposant aucune ressource extérieure : construire à partir de l’existant.

Sawsen Laouiti expérimente sans cesse de nouveaux modes de pliage du papier, elle s’est distinguée par la création de superbes figures géométriques, arrivant même à concevoir des objets manufacturés et de design. Sa démarque artistique se base sur la mise en volume de ses émotions et l’observation des détails qui l’entourent. «La trame d’un tissu, la finesse d’une broderie, l’émail d’une céramique traditionnelle, le papier glacé d’un vieux magazine, la beauté de la nature ou encore d’un ciel nuageux sont autant de sources d’inspiration et de nuances de couleurs qui composent ma palette», note-t-elle, en ajoutant qu’elle puise également son inspiration dans la musique, le design et les origamis traditionnels, dans l’harmonie des sons, les compositions, les couleurs, les textures et les matières.

Elle partage avec nous la beauté de cet art à travers 22 œuvres (bas-reliefs) exposées jusqu’au 15 novembre 2020. Une exposition à vivre !

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire