Tout le monde croyait que les établissements scolaires étaient à l’abri du Covid-19, mais voilà que les chiffres officiels démentent nos certitudes, puisque plusieurs cas de contamination ont été recensés parmi les élèves, le cadre administratif et les ouvriers.

Le milieu scolaire est menacé par la contamination par le Covid-19 qui peut toucher les élèves, les professeurs et tout l’effectif administratif qui y travaille. Malgré les campagnes de sensibilisation et d’information destinées aux élèves et aux directeurs, certains établissements éducatifs ont été quand même touchés par le coronavirus au cours de ces derniers jours. Chiffres à l’appui, on peut constater que  2.282 personnes actives dans le milieu scolaire ont contracté le Covid-19 entre le 15 septembre, date de la rentrée scolaire, et le 12 novembre 2020. C’est ce qu’a indiqué le ministère de l’Education dans un communiqué.

Pourtant, le ministère de la Santé a recommandé à toutes les personnes qui fréquentent l’école, y compris les parents, les élèves et le personnel administratif de porter des bavettes. En outre, les écoles doivent disposer des quantités suffisantes de gel désinfectant et de savon pour permettre aux élèves à l’entrée et à la sortie de l’école de bien se laver les mains et de les désinfecter. D’ailleurs, les classes ont été allégées des élèves qui ont été répartis en deux groupes. Les cours sont dispensés par alternance, un jour sur deux.  Malgré ces précautions, la maladie a fait son apparition dans le milieu scolaire contre toute attente.

Tous les gouvernorats concernés

D’après les chiffres disponibles, la contamination au Covid-19 a concerné 1.075 enseignants, 942 élèves, 211 cadres administratifs ainsi que 54 ouvriers répartis sur 1.092 établissements scolaires. Selon le même communiqué, le taux de guérison a atteint 83,9% sans pour autant fournir de détails sur les éventuels décès survenus des suites du Covid-19. Il faut dire que certains élèves, malgré les conseils de leurs parents qui leur fournissent des bavettes, font fi des règles d’hygiène et n’hésitent pas à enlever la bavette et à s’approcher de leurs camarades de classe. Ces élèves ne sont pas conscients des risques encourus en négligeant les mesures barrières qui contribuent à la protection de toute personne contre le coronavirus. La rumeur divulguée selon laquelle le virus n’attaque pas les plus jeunes, a rendu ces derniers plus confiants et plus imprudents.

Or, en réalité, le Covid-19 peut contaminer toute personne non protégée, y compris les jeunes et les enfants. D’ailleurs, à un certain moment, les cours au ont été suspendus, notamment durant la première vague, pour réduire le risque de contamination parmi les élèves. C’est aussi le cas dans les jardins d’enfants et les écoles préparatoires. D’où la nécessité de continuer à prendre les précautions nécessaires pour tout le monde, quel que soit l’âge, afin d’éviter la propagation de la maladie qui a causé un nombre important de décès. Les hôpitaux n’ont pas assez de lits ni de respirateurs pour abriter tous les malades et les cliniques privées exigent des sommes faramineuses pour prendre en charge les patients en état avancé de la maladie.

Eviter le laisser-aller

Toujours selon les chiffres officiels communiqués, le virus a contaminé 77.668 personnes réparties sur les 24 gouvernorats. 2.209 décès ont été, également, enregistrés à l’échelle nationale. Certaines personnes, même parmi les adultes ne semblent pas prendre vraiment au sérieux cette maladie émergente et ne manquent pas d’ironiser au sujet des conseils donnés par les services sanitaires. Il est nécessaire d’éviter ce laisser-aller et de verbaliser les personnes qui ne portent pas de bavette dans les lieux publics comme la rue, les moyens de transport collectif et les salles fermées dont les cafés et les restaurants. Récemment, les forces de l’ordre ont effectué une campagne de contrôle dans le métro-léger pour s’assurer que tous les usagers portent une bavette.

Il s’est avéré que nombreuses personnes, y compris des femmes, ne portent pas cet accessoire protecteur sous prétexte qu’il les empêche de respirer correctement. D’autres ont la bavette accrochée à leur main, mais ne la portent que quand ils entrent dans un magasin ou lors du contrôle effectué par la police. En voyant ces comportements des adultes, les enfants essayent de les imiter et essayent, eux aussi, de se débarrasser de la bavette même s’il y a foule.

Dans les classes, la distanciation est bien respectée grâce à la répartition des élèves en groupes. Mais dans la cours, lors de la récréation et dans la rue, cette mesure est négligée. Les élèves sont collés les uns aux autres pour discuter. C’est le cas également dans les moyens de transport collectif qui sont empruntés par certains élèves. Aux heures de pointe, ces bus et métros sont surchargés. C’est dire que plusieurs lacunes sont constatées au niveau du comportement des individus, ce qui ne permettrait pas, si la situation se poursuivait ainsi, de maîtriser la pandémie et de réduire un tant soit peu le nombre des personnes contaminées, dont les élèves.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire