Si les championnats professionnels des Ligues 1 et 2 reprendront une fois la situation épidémique dans le pays  améliorée, c’est une année sabbatique qui s’annonce pour les jeunes.


Réuni à distance avant-hier, le bureau fédéral a annoncé des mesures d’ordre financier au profit des clubs, mais a aussi clarifié les choses quant au déroulement de la nouvelle saison sportive qui s’annonce exceptionnelle avant-même qu’elle ne commence.

L’enseignement majeur à retenir du communiqué de la FTF, que nous avons publié hier sur les colonnes de notre journal, est que l’activité footballistique est à l’arrêt jusqu’à nouvel ordre pour les différents championnats qu’ils soient professionnels ou amateurs, sauf pour les jeunes qui connaîtront, malheureusement, une année sabbatique. En effet, la FTF a annoncé la «non-exploitation de l’ensemble des centres sectoriels et régionaux pour la jeunesse, pour la saison 2020-2021». Un coup dur pour la formation des jeunes footballeurs. Pourvu que cette année sabbatique n’ait pas de conséquences néfastes sur le secteur de la formation qui connaît déjà des défaillances. En effet, on ne peut pas dire que l’école tunisienne est une référence en matière de formation de footballeurs. Par ailleurs, la défaillance de notre système de formation explique pourquoi nos footballeurs locaux ne réussissent pas à s’imposer dans les clubs européens de premier plan, à quelques exceptions près.

Un aide financière insignifiante !

Si le geste de la FTF est louable, les montants de l’aide financière alloués aux clubs demeurent insignifiants. Que peut faire un club de Ligue 1 avec un montant de 50.000 dinars ? Car même si les clubs professionnels de Ligue 1 suivent à la lettre la recommandation de la FTF de baisser de 50% les salaires des joueurs professionnels et des entraîneurs au titre des mois d’octobre et de novembre 2020, les 50 mille dinars alloués ne suffiront pas pour subvenir aux besoins de nos équipes de football, dites professionnelles,  rien que pour payer les salaires des joueurs.

Cette aide, insignifiante soit-elle, constituera une petite bouffée d’oxygène, mais qui ne réglera pas pour autant le problème. C’est encore une saison difficile qui se profile à l’horizon sur le plan financier.

Calendrier : l’étau se resserre

Avec la suspension jusqu’à nouvel ordre de l’activité footballistique, synonyme du report du coup d’envoi de la nouvelle saison sportive, l’étau se resserre déjà pour le calendrier, particulièrement pour le championnat professionnel de la Ligue 1. La FTF devra tenir compte des engagements des clubs pour les compétitions interclubs, à l’échelle continentale et arabe. Car même si ces engagements ne concernent pas tous les clubs, ils auront, d’une manière ou d’une autre, une répercussion sur le calendrier du championnat national, d’autant que le calendrier Fifa est d’ores et déjà serré sur la période s’étalant de novembre 2020 à novembre 2021.

Quel format pour la Ligue 2 ?

Conscient que le calendrier de la saison 2020-2021 sera serré quelle que soit la date qui sera retenue pour le coup de son envoi, le bureau fédéral a décidé de réunir à distance les responsables des clubs de la Ligue 2 pour discuter le projet du système des compétitions pour la prochaine saison.

A notre humble avis, la FTF et les clubs n’auront pas trop de choix. Il faut démarrer le nouvel exercice pour les différents championnats, professionnels et amateurs, dès que les autorités sanitaires le permettent. Une reprise qui devra se faire dans le respect du protocole sanitaire. Mais auparavant, une évaluation scientifique du protocole sanitaire utilisé à la reprise de l’exercice précédent doit se faire pour pouvoir établir un nouveau protocole qui soit plus efficace.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire