Khalti Zaâra Ghorbali est décédée, le mardi 24 novembre 2020, à l’hôpital régional de Sidi Bouzid. Le mont Mghilla perd la tigresse des bois, la femme qui a enfanté des lions. Une femme rurale qui a passé toute sa vie à arpenter les chemins escarpés de la montagne pour subvenir  à ses besoins familiaux à la sueur de son front.    

Sa nature à la fois singulièrement douce et ferme, son regard perçant qui trahit l’orgueil des montagnards indigents sont des signes distinctifs héréditaires aux femmes rurales dans cette région. Mais cette femme a quelque chose de spécial. Elle a donné à la Tunisie, sans le savoir peut-être, sans le réaliser et sans le monnayer, ce que tous les hommes politiques n’ont pas donné. Elle a offert au pays deux martyrs : Mabrouk et Khelifa Soltani. Deux enfants qui se sont nourris de la vue de leur mère aussi bien que de son lait.  Deux bergers  qui ont été égorgés par des terroristes ayant trouvé refuge au mont Mghilla. Ils étaient soupçonnés par les terroristes d’avoir collaboré avec l’armée en lui fournissant des indications sur les déplacements des éléments terroristes. Ils ont été décapités pour avoir servi leur pays. Et elle, mère courage, s’est résignée à son sort. Elle a accepté ce que Dieu lui a réservé.

On a découvert son visage pour la première fois après l’odieux crime perpétré contre son premier enfant décapité. Ses traits nous ont révélé sa force de caractère, et longtemps avant de comprendre ce qu’ils voilaient d’amour, nous avons senti leur charme bienfaisant et leur intime beauté. Elle conserva jusqu’à la fin de sa vie une admirable résistance au malheur, l’humeur la plus égale et la plus gracieuse.  Dans son abnégation gisait sans doute le secret de sa force. Et lorsqu’on se penche pour la dernière fois sur ses yeux clos, sur ses lèvres fermées, on sera étonnés de la mystérieuse paix que lui avait rendue la mort. Adieu mère courage. La Tunisie retiendra ton admirable leçon de patriotisme et ton sens du sacrifice !

Charger plus d'articles
  • Le prix de la haine

    C’est un secret de Polichinelle. Dix ans après le déclenchement de la révolution, le bilan…
  • Les leçons du passé

    La Tunisie commémore aujourd’hui les événements du 18 janvier 1952, sans faste ni cérémoni…
  • Un retard qui en dit long !

    EN un mois, plus de 28 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 ont été injectées da…
Charger plus par Chokri Ben Nessir
  • L’autre son de cloche

    On se trompe complètement si on interprète uniquement les émeutes nocturnes de ces dernier…
  • En attendant les solutions consensuelles

    Nos politiciens, toutes tendances politiques et intellectuelles confondues, se sont mués e…
  • Le prix de la haine

    C’est un secret de Polichinelle. Dix ans après le déclenchement de la révolution, le bilan…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire