Il s’est éteint pour le malheur de tous, ceux qui l’ont adulé et même ceux qui ne le supportaient pas. Diego Maradona n’est plus. Une fatalité à laquelle personne ne peut échapper, mais si le corps a cessé de fonctionner, l’image et le souvenir d’un immense joueur ne mourront jamais. Impossible que Diego soit oublié, il est ancré en nous, c’est-à-dire en ceux  qui goûtent au vrai football. Il incarne, avec sa carrière controversée et «folle» comme lui, l’image d’un artiste, d’un artisan de joie et de malheur. Nous avons chaviré pour lui, nous avons aimé ses prouesses et sa technique invraisemblable, nous avons été épatés par ce qu’il faisait sur le terrain tels ce but magnifique contre l’Angleterre ou ses buts en championnat italien, nous avons aussi pleuré avec lui lors de la finale du Mondial 90…

Il nous faut des jours et des jours pour raconter Diego Maradona, un artiste, un joueur unique qui a bouleversé le destin d’une pauvre ville du sud italien qui s’appelle Naples. Maradona a mis fin au règne de  l’hégémonie du nord de l’Italie, avec ses clubs riches et influents. Naples ne pourra jamais oublier celui qui l’a propulsé dans la cour des grands. Comme l’Argentine qui ne comptait que sur lui pour triompher. Depuis Kempes, l’Argentine n’a pas connu un joueur qui pouvait la transcender. Et c’est pourquoi Messi ne sera jamais un second Diego parce qu’il n’est pas le joueur qui peut seul  tout faire. Plus qu’un simple footballeur pétri d’un talent fou, plus qu’un joueur et un gauchiste déclaré qui ne mâchait pas ses mots envers la Fifa, plus qu’un homme au tempérament dur et aux sautes d’humeur terribles, c’est une icône, un exemple pour les pauvres, pour les gens qui rêvent de justice, qui se rebellent contre un ordre préétabli qui sert les puissants. Même si c’est un entraîneur raté, même si ce n’est pas le bon exemple pour les jeunes, il reste un magnifique joueur qu’on ne peut classer. Il est au-dessus de tous, et ça, même ses rivaux le lui concèdent. Ce n’est pas seulement l’Argentine qui est en deuil, la communauté des puristes du foot l’est aussi. Il est passé à un autre monde où il sera sûrement en paix et en joie, tellement il a procuré du bonheur aux gens. Diego, on ne t’oubliera jamais !

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire