Le changement d’entraîneur était devenu inévitable… la reprise alors ?

Trois matches, trois défaites : on ne peut faire pire ! L’éviction ou plutôt la séparation à l’amiable avec Mokhtar Trabelsi, pour faire poli, était la seule solution pour pouvoir entamer l’opération de sauvetage —eh oui déjà— de l’équipe cabiste. Son remplacement par Larbi Zouaoui pourrait-il conduire l’effectif «jaune et noir» à sortir de sa léthargie ? La première impression dès la prise en main du groupe, mercredi dernier, est bonne, selon le nouvel entraîneur. Il a constaté des joueurs très attentifs et surtout animés du désir de bien faire. Maintenant il va falloir traduire cette volonté sur le terrain dès cet après-midi contre l’ASSolimam. Vouloir voudrait-il dire obligatoirement pouvoir ? Le fait de jouer à domicile peut aider à réaliser un pareil objectif mais rien n’est acquis d’avance d’autant que les camarades de Ben Frej auront en face d’eux une équipe capbonaise qui carbure bien en ce début d’exercice. Appelé par le devoir de servir son club de toujours, Larbi Zouaoui fera en sorte de faire tourner le compteur, lui qui passe pour être le champion des matches nuls. Un point ou trois points, l’essentiel est que ça bouge au CAB ! Même appelé à la rescousse au dernier moment, il saura certainement trouver la meilleure stratégie de jeu pour réaliser un résultat positif dans un stade Ahmed Bsiri acquis totalement aux Bizertins. On parie que le nouvel entraîneur comptera tout à l’heure sur les services des chevronnés Ben Frej, Bangoura ou encore Aymen Trabelsi pour encadrer les jeunes Dridi, Kchok, Aouina et les autres et tirer d’eux le maximum d’atouts.

Charger plus d'articles
Charger plus par Bechir SIFAOUI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire