La Galerie Saladin inaugure l’année 2021 avec « Des moments de peinture», exposition personnelle de l’artiste multidisciplinaire Kays Rostom.

Prévue du 8 au 17 janvier 2021, l’exposition est placée sous le commissariat de Rim Benboubaker. Le vernissage aura lieu ce vendredi à partir de 16h00 au siège de la galerie à Sidi Bou Saïd.

Kays Rostom propose une approche instinctive et éminemment intuitive de sa pratique picturale. Entre couleurs et traits, il entraîne le spectateur dans son univers. C’est comme dans la musique et particulièrement dans le jazz, les couleurs se cherchent, se rencontrent, s’accordent, s’opposent, s’affrontent et se complètent pour tenter de créer un rythme qui à son tour esquisse la forme.

C’est de cette énergie brute et vitale que le corps s’engage par le geste, que naissent les lignes  sur lesquelles les autres «notes» trouveront la base de leur progression et de leur jeu.

La pensée et la réflexion viennent ensuite, par petites touches, construire un chemin vers l’harmonie, la poésie et peut-être aussi vers l’émotion afin de conclure un cheminement où le mouvement, la pensée, l’énergie, qui sont au cœur de ce travail, auront, comme dans une session de jazz, et qui participent à  faire exister un «moment» non pas musical mais un «Moment» pictural.

Le vernissage aura lieu ce vendredi à partir de 16h00 au siège de la galerie à Sidi Bou Saïd.

La question de l’abstraction et de la figuration ne se pose pas dans son travail car la peinture et la musique participent d’une même volonté de donner à voir l’invisible et de faire entendre l’inaudible.

Kays Rostom s’est construit depuis le début de sa carrière un univers issu de ces trois modes d’expression dont il puise constamment l’essence pour nourrir son approche très personnelle de ses créations.

Il commence sa carrière en Belgique où il étudie la scénographie de 1976 à 1981. Après ses études, il travaille pour le théâtre et la danse, en Belgique, en France et aux Pays-Bas.

A son retour en Tunisie, il travaille au théâtre avec Taoufik Jebali, Hichem Rostom et le Théâtre Phou. 1994 marque le début de sa collaboration avec Fadhel Jaibi et Jalila Baccar. Depuis cette date, il signe la totalité des scénographies, en Tunisie et à l’étranger.

Pour «Le Procès» de Kafka, création du Schauspielhaus Bochum et mis en scène par Fadhel Jaibi, il crée la scénographie et compose la musique.

Il compose des musiques pour des ballets contemporains en Europe. À travers ses créations scéniques, musicales et chorégraphiques, il explore les possibilités de synergie et d’interaction entre ces différentes disciplines qu’il met en œuvre : le son, l’espace et la lumière.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire