La création de la Somaproc constitue une occasion  pour organiser les circuits de distribution et réduire le nombre des intermédiaires. Une plateforme digitale sera disponible, comportant plusieurs données
sur les différents intervenants, notamment
les agriculteurs.

Une séance de travail consacrée à la Société des marchés de production du centre (Somaproc) a été présidée, le 29 décembre 2020, par Mme Akissa Bahri, ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, au siège de son département, en présence du président-directeur général de ladite société, ainsi que des représentants du bureau d’études et d’un nombre de directeurs généraux au sein du ministère.

Au début de la séance, le président-directeur général de la société a présenté un exposé sur les raisons qui ont poussé à la création du projet et les résultats attendus. Ainsi, le projet vise à relancer le développement, l’investissement et l’emploi, tout en développant les systèmes agricoles. Il s’agit aussi d’améliorer le rendement agricole et la valorisation de la production dans la région du Centre à travers le conditionnement, la transformation et l’industrialisation.

Encadrement des producteurs

C’est une occasion, également, pour organiser les circuits de distribution et réduire le nombre des intermédiaires. Une plateforme digitale sera disponible, comportant plusieurs données sur les différents intervenants, notamment les agriculteurs. Une équipe de producteurs appartenant aux coopératives va contribuer à encadrer et accompagner les agriculteurs. Les participants à cette séance de travail ont rappelé, lors de leur intervention, l’importance dudit projet qui a contribué à promouvoir le développement et l’emploi dans les zones du Centre-Est.

La ministre a recommandé, ensuite, d’accélérer la mise en place de ce projet, en parachevant le financement de ses différentes composantes. Une importance capitale devrait être accordée aux produits agricoles dans les zones de production, selon la ministre, qui a appelé les premiers concernés à étudier la possibilité d’installer une cellule qui sera chargée de la programmation, la formation et l’encadrement des producteurs. Enfin, l’oratrice a recommandé de tirer profit de ce travail et de penser à créer des projets similaires dans d’autres districts.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire