La détérioration de la situation dans les établissements scolaires change la donne. Il faut parer au plus pressé : la santé des élèves.

Les dernières données sur les contaminations au Covid-19 en milieu scolaire en Tunisie ne sont guère rassurantes pour la suite de l’année scolaire. Dans ce contexte de crise et de risque élevé de contamination au virus Sars-CoV-2, la Fédération générale de l’enseignement de base a appelé le ministère de l’Education nationale à opter pour la formule semestrielle en cumulant les deux trimestres restants. L’idée est d’intégrer le deuxième et le troisième trimestres en un seul semestre. Cette situation fait suite à la recrudescence des cas de contaminations au Covid-19 qui ont doublé en deux mois selon les derniers résultats, pour s’élever à 2.357 cas, sachant qu’elles ont provoqué le décès de 29 personnes depuis la rentrée scolaire en septembre dernier.

Des choix justifiés ?

Un ensemble de facteurs ont conduit à cette convergence de vues entre le syndicat et le ministère de tutelle. En effet, le système d’enseignement par groupes a montré ses limites à cause de l’absentéisme relevé dans les classes et des écarts dans l’avancement des cours entre les élèves. Il doit être ainsi révisé. Il y a un retard dans la délivrance des bulletins du premier trimestre, ce qui pose un problème pour le reste de l’année scolaire. En outre, le retour en classe avec l’absence du port de la bavette et des mauvaises conditions de transport des élèves qui empruntent les bus n’ont pas arrangé la situation, fort pénible du reste. La période de confinement qui a raccourci l’année scolaire 2019-2020 a eu des conséquences désastreuses sur l’actuelle qui a toutes les peines du monde à s’achever… En attendant certains jeunes prennent plaisir à s’attabler dans les cafés durant les heures de cours au lieu de vaquer à des occupations plus studieuses. Le tout dans l’inconscience totale, sans bavette ! Les parents ne savent plus sur quel pied danser pris en tenailles entre l’impératif de préserver la santé de leurs enfants et l’importance d’assurer le suivi de cours avec la plus grande assiduité. Une année scolaire délicate en somme.

Pour l’heure, on n’arrive pas à joindre la source officielle du syndicat de l’enseignement de base pour obtenir plus de détails. Gageons qu’un consensus sera trouvé pour satisfaire toutes les parties : éducateurs, enseignants, parents et élèves. Cependant, certains parents d’élèves estiment, sans doute à raison, que l’expérience des cours et des notes délivrées  par semestre est un retour en arrière. Mais a-t-on le choix?

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire