Le dialogue national comme conçu par l’Ugtt, rectifié par la présidence de la République et disséqué, à souhait, par les partis politiques, les  organisations nationales et les personnalités dites ou autoproclamées nationales, qu’ils soient sûrs d’y participer ou qu’ils aient de réels soupçons d’y être écartés, aura-t-il enfin lieu?

L’interrogation s’impose et tire sa légitimité au regard de la polémique qui enfle de jour en jour entre les différents partenaires en compétition en vue de la participation au dialogue et aussi de l’éviction des «indésirables qui souilleront le dialogue et n’ont rien de valable à y apporter», à la lumière de «l’ultimatum» lancé par le SG de l’Ugtt, qui considère que le dialogue en question doit se tenir obligatoirement dans un délai maximum de trois mois.

Au cas où ce délai serait dépassé, il n’aura plus de signification et les conclusions qu’il dégagera ne serviront plus à rien.

Ainsi, l’Ugtt donne-t-elle aux participants au dialogue national dont personne, y compris le secrétaire général de la centrale syndicale, n’est en mesure de définir l’identité ou le nombre ou même le comité des «sages» qui dirigeront ses débats, l’opportunité ou la chance de se concerter durant les trois mois à venir au maximum dans le but de parvenir à un consensus général sur les résultats-conclusions qui couronneront leurs travaux. Mais sans se détourner des objectifs initiaux précisés par les auteurs de l’initiative, dont en premier lieu le maintien de Hichem Mechichi à son poste et de son équipe ministérielle même si elle subira «un profond remaniement» que les observateurs et les analystes prédisent d’un moment à l’autre et dans tous les cas bien avant le démarrage des travaux du dialogue national.

En parallèle, les Tunisiens se trouvent partagés entre le suivi quotidien de l’évolution de la pandémie de Covid-19 et la chasse aux informations, aux indiscrétions et aux révélations-scoops sur les transformations que subira le paysage politique national à la lumière de ce qui se passe, notamment au Parlement.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire