Pendant le mois saint, nos habitudes alimentaires changent. Mangeons-nous de façon saine ou pas ? Pour quels types de maladies le jeûne est-t-il déconseillé et comment devrait-on s’alimenter pendant le mois saint pour préserver sa santé ? Dr Safa Doghri, diplômée en nutrition et diététique de l’université Paris Descartes et spécialiste en nutrition et maladies nutritionnelles, diabète, obésité, nutrition du sportif et rééquilibrage alimentaire, a bien voulu nous éclairer. Interview

Mangeons-nous trop sucré ou trop salé pendant le mois de Ramadan?
Généralement, l’alimentation du Tunisien est trop salée et trop sucrée, d’autant plus avec la privation durant plusieurs heures et la «compensation» après la rupture du jeûne. Les gâteaux de ramadan sont trop élevés en taux de sucre, on parle par exemple de plus de 300 calories pour 100g de «zlabia» dont la moitié est du sucre pur.

Quelles sont les mauvaises habitudes alimentaires observées pendant ce mois saint?
Nous avons deux types de mauvaises habitudes. L’une quantitative, où on observe une élévation de la prise alimentaire en peu de temps avec peu d’activité, ce qui favorise la prise de poids et les troubles digestifs. L’autre qualitative, où on remarque une plus grande consommation de sucre et de fritures, ce qui favorise la prise de poids, mais aussi l’apparition de maladies cardio-vasculaires et métaboliques.
Ainsi que l’augmentation de la sédentarité, avec les longues heures après la rupture du jeûne en position assise ou allongée devant la télé… avec tout ce qui va avec comme complications de la sédentarité, la prise de poids, la perturbation du bilan lipidique, les maladies métaboliques, cardiovasculaires…Enfin, le dernier phénomène qu’on observe est le manque d’ingestion d’eau ou d’aliments liquides, surtout quand le jeûne se passe en été, avec le risque de déshydratation.

Quelles sont les maladies chroniques pour lesquelles le jeûne est déconseillé?
En général, le diabète de type 1, les maladies chroniques non stabilisées (infarctus ou accident vasculaire récent, insuffisance rénale chronique à un stade avancé…). Mais quelle que soit la maladie, il vaut mieux se référer au médecin traitant.

Le jeûne est-il contre-indiqué aux femmes enceintes et aux enfants?
Bien évidemment, ce sont des catégories de patients dont les besoins et le fractionnement calorique doivent être respectés, pour assurer le bon développement fœtal, la croissance, etc.

Quelles sont les bonnes habitudes à adopter pendant le mois saint pour avoir une bonne santé?
Respecter l’équilibre alimentaire, diminuer les sucreries et les fritures, éviter de manger trop salé, surtout durant le «shour», effectuer une activité sportive régulièrement (30 à 40 minutes de marche quotidiennement) et boire beaucoup d’eau avec des prises fractionnées après la rupture du jeûne.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hela SAYADI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire