Le CA glane un point en or contre une ESS qui a laissé passer sa chance. Le ST perd aussi des points chez lui.


Deux matches ont été programmés hier au compte des matches avancés de la 8e journée. Le classique CA-ESS et le match ST-ESM et sur les deux matches aucun vainqueur. Un partage de points qui ne doit pas être perçu de la même façon. Si le CA, qui s’est présenté avec une équipe si rajeunie et novice, et l’ESM, qui reprend doucement après une période de trêve, peuvent considérer que le point glané est bon à prendre, ce n’est pas le cas de l’ESS et du ST qui ont laissé passer la chance de gagner et continuent de perdre des points au classement.

La fougue des jeunes clubistes

Entre le CA et l’ESS, la situation ressemblait quelque part : deux équipes à la dérive, en plein doute et qui ne font rien pour se reprendre. Le classique offrait la possibilité de rebondir, mais dans les esprits, la défaite était interdite. Cela explique ce match pas plein en intensité et qui n’a pas offert un grand spectacle. L’Etoile était supérieure compte tenu de la différence d’expérience sur les jeunots clubistes qui n’avaient que Ben Yahia, Dekhili et Abderazzak comme cadres. Finalement, un point qui arrange le CA emmené par ses jeunes Garrab, Taboubi et Kassab surtout que les clubistes sont revenus de loin dans le match à la 76’. Menés 1-0, les clubistes profitent d’un corner bien botté par Taboubi qui trouve la tête d’un Kahli Kassab en plein envol et qui, de sa tête, trompe Mathlouthi. Le dernier quart d’heure a vu les clubistes revenir et jouer leur va tout et frôler même la victoire. C’est que pendant 75’, et surtout en première partie de la seconde mi-temps, les étoilés, emmenés par Lahmar comme régisseur bas, Msakni comme relayeur offensif et Coulibaly comme attaquant de pointe, ont dominé l’entrejeu et mis le danger dans la zone clubiste. Mais ni Coulibaly, à deux reprises, ni Ben Ouannes (avec ce tir puissant), ni même Hrabi sur corner de Lahhmar, n’ont concrétisé leur ascendant. Ils l’on fait en première mi-temps, grâce à un penalty ( discutable et sévère) ramené par Couibaly et transformé par Lahmar (30’).

Les étoilés ne peuvent s’en prendre qu’à eux, ils ont obtenu ce K.O. quelques minutes plus tard, mais Coulibaly était distrait. Contrairement au peu de sérieux des étoilés qui ont évolué en 3-5-2, les jeunes clubistes, qui manquent certainement de beaucoup de qualités athlétiques et techniques, ont été fougueux, volontaires, pour revenir dans la partie. Ce n’était pas des actions si collectives, ou du génie, mais on sentait du cœur à l‘ouvrage chez Koussy, Garrab, Laabidi (attaquant rapide qui colle beaucoup à la défense adverse), Kassab, Zghada et plus tard Taboubi. Ce qui faisait la différence vers la fin, c’est le cœur. Aux étoilés a manqué beaucoup de sérieux ; ils n’ont pas respecté l’adversaire peut-être, car ils jouaient contre des novices en grande partie, mais aux clubistes on a retrouvé cette flamme, cette envie d’aller au-delà du décalage de métier, et de la supériorité de l’Etoile en milieu du terrain. Ce nul est bon à prendre pour le CA dans l’état actuel des choses et au vu des nombreuses absences, mais pour l’Etoile, il y a une frustration. Ils ont raté une victoire à la portée, avec des joueurs de métier comme Lahmar, Konaté, Msakni, Ben Aziza, Kechrida et les autres. Ce point n’a pas la même valeur au bout du compte pour les deux équipes, autant c’est un stimulant pour l’avenir du côté clubiste, autant il a généré une forte frustration du côté des supporteurs étoilés. Lassad Dridi a du pain sur la planche et doit réussir ce que 14 entraîneurs n’ont pas réussi en 14 mois, rapporter une dynamique de victoires. Pour un classique CA-ESS, c’est à caser en mémoire et à oublier. Ça fait partie de ce football du Covid.

Le ST cale

Au Bardo, les stadistes de Nassif Bayaoui n’ont pas confirmé le succès ramené de Slimane vendredi. Ils auront essayé par tous les moyens devant l’ESMetlaoui qui sait voyager hors de ses bases. Les sudistes ramènent un point précieux pour oublier le revers subi devant l’OB. Kais Yaakoubi évoluait avec 14 joueurs, tellement il a des absents et des partants pas encore remplacés. Du côté stadiste, Ait Malek n’a pas pesé lourd comme d’habitude, alors que Zoghlami a raté une occasion nette en fin de match. Comme le match CA-ESS, c’est un point précieux pour une équipe, l’ESMetlaoui, et inquiétant même pour l’autre, le ST. Les stadistes doivent se reprendre et trouver une solution à cette indigence offensive quand ils évoluent à domicile.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire