La 5G, ou la cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile, se montre capable de révolutionner plus que jamais divers domaines, grâce à sa connexion plus rapide, plus stable et plus sécurisée. La 5G est une réalité aujourd’hui que  le monde a anticipée et préparée à travers une infrastructure moderne, agile et une nouvelle architecture réseau afin de s’adapter à toutes les évolutions technologiques futures.

Le déploiement de cette nouvelle génération des réseaux de téléphonie mobile suscite d’ores et déjà un large débat, un peu partout dans le monde, entre ceux qui s’attachent à exploiter les formidables opportunités qu’offrent les nouvelles technologies en matière d’amélioration de la compétitivité des entreprises et de la qualité de la vie des citoyens et ceux qui font part de leurs appréhensions nourries par les risques de la 5G sur la santé, l’environnement et la protection des données personnelles.

Le Forum Ibn-Khaldoun pour le développement présente, dans une note analytique, des éclairages  sur la portée de la 5G et de ses impacts sur les domaines précités, afin de mieux apprécier les enjeux que pose la nouvelle technologie à un moment où, selon les dernières déclarations du gouvernement, la Tunisie envisage le déploiement de la 5e génération des réseaux mobiles à partir de 2022.

Qu’est-ce que la 5G ?

La «5G» est la cinquième génération de réseaux mobiles qui succède aux technologies 2G, 3G et 4G. Les premières technologies ne permettaient que les appels vocaux puis l’envoi de SMS. Les générations suivantes de technologies mobiles ont permis de développer de nouveaux usages : se connecter à internet, accéder à des applications, ou encore passer des appels en vidéo.

Comme les technologies précédentes, «la 5G améliorera les services existants et favorisera le développement de nouveaux services. La 5G est une technologie évolutive qui va s’enrichir progressivement, au gré de l’évolution des standards au niveau mondial».

Le déploiement de la 5G va améliorer l’accès aux services proposés par les réseaux 4G, fournira une quantité beaucoup plus importante de données qui peut être échangée sans engorgement des réseaux, favorisera le développement de services innovants pour les particuliers et les entreprises dans de nombreux domaines.

Dans le domaine de la santé, par exemple, la gestion des équipements médicaux dans l’hôpital, la télémédecine ou encore la prévention de maladies chroniques figurent parmi les applications envisagées de la 5G.

Dans le domaine des transports, de nombreuses applications sont également envisagées, comme par exemple les navettes autonomes, la gestion du trafic de véhicules. «La 5G est elle-même une technologie qui a vocation à évoluer : à l’instar des technologies mobiles précédentes, ses performances vont progresser (débit, réactivité, capacité à supporter beaucoup d’usagers en même temps). De nouvelles fonctionnalités pourront être progressivement proposées par les opérateurs dans les prochaines années au fur et à mesure de l’évolution de la 5G et des fréquences sur lesquelles elle sera déployée».

Une étape importante doit être franchie en 2022, avec la 5G dite stand alone, qui «apportera des fonctions de gestion intelligente du réseau et une interactivité en temps quasi réel. Au niveau des usages grand public, cela devrait permettre d’accroître la qualité et la fiabilité des communications».

La 5G favorisera aussi des applications multiples comme la ville intelligente, l’agriculture connectée, l’industrie 4.0, le véhicule autonome, etc. A cet égard, «elle constitue également un enjeu de compétitivité pour les pays, bien au-delà du secteur des télécoms».

Impact sur l’environnement

Ce déploiement aura, par ailleurs, un impact sur l’environnement. En effet, les émissions de gaz à effet de serre relatives au numérique sont loin d’atteindre celles des secteurs du transport ou du logement, mais, avec l’évolution des usages, elles peuvent augmenter rapidement. La 5G va permettre aux usages numériques de se développer et peut induire la fabrication de nouveaux équipements. Mais elle a aussi une meilleure efficacité énergétique à trafic constant et ses usages peuvent contribuer à réduire les dépenses énergétiques et/ou l’impact environnemental d’autres secteurs (transports, agriculture).

En Tunisie, l’opérateur téléphonique Tunisie Télécom a testé, le 10 décembre 2020 avec succès, le tout premier appel 5G avec un débit dépassant largement le palier de 2.2 Gbps, après l’accord  du ministère des Technologies de la communication. Tous les opérateurs opèrent, ces derniers mois, sur le territoire tunisien pour effectuer des essais de la 5G.  Selon Lassaâd Ben Dhieb, directeur central technique de Tunisie Télécom, «le déploiement de la technologie de la 5G est une question d’un écosystème dans le pays, parce qu’il ne s’agit pas uniquement d’investissement et d’infrastructures  haut débit.

«L’opérateur historique est prêt à déployer la 5G, mais ça dépend aussi des besoins du marché et des utilisateurs. Il faut beaucoup de synergie entre les différents départements. Les infrastructures doivent être conformes aux besoins du client».     

Il est à noter que les premiers tests et mises en place de la 5G  seront effectués au cours de l’année 2021 pour un déploiement au cours de l’année 2022.

Charger plus d'articles
Charger plus par Najoua Hizaoui
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire