Bien qu’elles soient certifiées par la norme NT, les marques tunisiennes de détergent font face à une concurrence acerbe provoquée par les marques importées, mais aussi par le secteur informel qui propose des produits  contrefaits à prix abordables.


Les produits détergents pour utilisation ménagère sont vendus sous différentes marques, dont celles qui proviennent de pays étrangers. Ces produits sont composés, entre autres, d’eau de javel, de liquide pour nettoyage d’ustensiles, bicarbonate de soude et acide citrique. Les étals des grandes surfaces sont bien garnis en ces produits très demandés par les ménagères pour le nettoyage des ustensiles et le parterre, ainsi que le lavage des vêtements  par la machine ou manuellement. A noter que les prix de ces produits ont connu une flambée, au cours des dernières années. Les marques tunisiennes sont concurrencées par celles venues d’ailleurs, même si leur prix est un peu plus élevé. Le marché parallèle commercialise également ce type de produits, à prix similaire à celui pratiqué pour les produits tunisiens, voire inférieur.

Expérience de plusieurs années oblige, les industriels tunisiens ont pu améliorer le produit proposé à la vente, mais sont confrontés à des difficultés, notamment depuis l’avènement de la crise sanitaire due au coronavirus. La demande de  l’eau de javel a, par contre, connu une évolution, dans la mesure où les ménages, ainsi que les chefs d’entreprise utilisent ce produit de nettoyage pour éviter la propagation du redoutable  virus. L’eau de javel est utilisée avec d’autres produits, comme le gel désinfectant, pour le nettoyage des mains. C’est une aubaine pour les fabricants de ce produit pour vendre plus. Certains industriels ont ajouté des matières odorantes à ce produit pour séduire davantage les clients potentiels tout en donnant un plus à l’efficacité de nettoyage.

Passage des produits naturels

Les entreprises qui  fabriquent et commercialisent les grandes marques de détergents, ne cessent d’innover en fonction des besoins des consommateurs. Ainsi, les industriels de l’Hexagone sont passés aux produits dits naturels qui ne comportent pas de matières nocives qui peuvent altérer la peau. D’où la nécessité pour les industriels tunisiens de suivre cette tendance en s’orientant vers les produits de nettoyage écologiques, dont la fabrication est, certes, plus coûteuse, mais qui a sans doute des impacts bénéfiques, car tous les consommateurs avertis vont les acheter pour ne pas subir les impacts négatifs des matières chimiques et autres. Certaines ménagères, qui utilisent de la poudre à nettoyage et l’eau de javel d’une certaine marque, se plaignent de lésions cutanées. Il vaut mieux se protéger les mains lors de l’utilisation ces produits  puissants pour le nettoyage, mais redoutables pour la peau.

Les unités tunisiennes de fabrication des détergents ont besoin en permanence de matières premières pour leur activité. Celles-ci ne sont pas toujours disponibles en quantités suffisantes et leurs prix connaissent une valse insupportable. Mais leur acquisition est indispensable. Cependant, les industriels ne peuvent pas augmenter les prix  à leur guise sans contrôle car leur chiffre d’affaires risque de chuter. Vu le pouvoir d’achat des Tunisiens, il n’est pas question de pratiquer des prix hors de portée. Etant un marché exigu, certains industriels pensent opter pour l’exportation afin d’améliorer leurs recettes, sachant que des industriels ont déjà exporté des détergents. Cet effort devrait se poursuivre en impliquant d’autres sociétés dans les exportations, d’autant plus que les produits tunisiens ont atteint un niveau de perfection appréciable.

Les fabricants artisanaux

s’y mettent

Toutefois, des industriels tunisiens estiment que ce secteur est fortement concurrentiel et exigent des pouvoirs publics de mettre fin à l’importation car les produits tunisiens peuvent satisfaire les besoins du marché local. C’est que certains consommateurs aisés financièrement n’hésitent pas à se tourner vers les produits étrangers (importés de France, d’Allemagne et d’Italie notamment) préférés à ceux qui sont fabriqués localement, mettant en danger plusieurs postes d’emploi.

On ne peut pas parler du secteur des détergents sans évoquer les fabricants informels qui pullulent dans nombre de régions, surtout dans le Grand-Tunis. Ces fabricants artisanaux utilisent diverses matières pour mettre au point un liquide nettoyant de différentes couleurs, vendu en vrac et conservé dans des bouteilles d’eau minérale pour le proposer aux ménagères à prix défiant toute concurrence. Les effets de ces produits sur la peau peuvent être également très dangereux. Pourtant, les consommateurs affluent vers ces vendeurs pour acquérir le produit vu les prix proposés, ne dépassant pas 1d,500 le litre, qui sert au nettoyage du sol, des vêtements, des ustensiles et autres.

Les industriels se trouvent donc entre deux feux, à savoir celui des grandes marques importées et celui du marché parallèle qui est actuellement en floraison. Mais peu de consommateurs sont soucieux de leur santé et utilisent ces produits dont les conditions de  fabrication et les matières utilisées sont inconnues. Le vendeur lui-même n’est pas en mesure de donner la moindre information sur la composition du détergent ou un conseil d’utilisation à l’acheteur. Celui-ci doit, en tout cas, faire preuve de précaution en utilisant de tels produits en évitant le contact direct du détergent avec la peau même pour les produits agréés, vendus dans le circuit formel.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire