Par Amine BEN GAMRA (Expert-comptable)

Dix ans se sont écoulés depuis le départ de Ben Ali. Sa chute a décapité la famille régnante prédatrice et a légalisé les partis politiques. Toutefois, le navire d’Etat tunisien n’est pas encore à flot.

La croissance économique a été terne et les comptes extérieurs du pays se sont fortement détériorés. Malgré l’accord avec le FMI qui a prêté 2,9 milliards de dollars à la Tunisie en mai 2016, la dette extérieure est passée de moins de 40% du PIB en 2010 à près de 90% aujourd’hui et le déficit du compte courant a doublé. La dette publique équivaut à 75% du PIB contre 40% en 2010.

Pire encore, le secteur informel de l’économie s’est multiplié et représente aujourd’hui environ la moitié du PIB avec toutes les distorsions qui en sont la conséquence. L’Etat perd de précieux revenus de l’impôt et les biens étrangers apportés par la Libye forcent la fermeture d’usines tunisiennes. Les salaires de l’Etat représentent environ 50% du budget, soit 19% du PIB, tandis que le budget d’investissement, clé de la croissance, est dérisoire. Il n’y a pas de volonté politique de réformer un système fiscal grossièrement injuste qui encourage les classes professionnelles à éviter l’impôt.

Comme l’autorité de l’Etat s’est effondrée, la petite corruption s’est propagée comme un cancer. Les jeunes désespèrent et les jeunes entrepreneurs qui veulent créer une entreprise trouvent indifférents et arrogants fonctionnaires et pas de lignes de crédit des banques.

Dix gouvernements ou plus en dix années et de chefs du gouvernement se sont révélés incapables d’élaborer un plan de réforme économique audacieuse. La politique démocratique s’est transformée en corruption généralisée, en luttes intestines mesquines et en démagogie.

Si la partie politique continue de jouer pendant que Carthage brûle, la seule démocratie naissante du monde arabe risque de s’autodétruire ou de revenir à une forme de régime autoritaire à moins que ses dirigeants n’articulent et n’édictent des réformes économiques audacieuses qui offrent un espoir désespérément nécessaire à la masse de chômeurs et de jeunes du pays.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire