Les copies des épreuves de l’examen du Baccalauréat 2019 seront mises sous haute surveillance policière dans des espaces contrôlés en permanence, a annoncé, hier, le ministère de l’Education dans un communiqué.

Le ministère a ajouté qu’une série de nouvelles mesures ont été prises cette année, notamment sur le plan logistique pour assurer le bon déroulement des examens nationaux.

La même source a signalé que 131.907 candidats passeront cette année l’examen du Baccalauréat qui démarrera le 12 juin prochain et se poursuivra jusqu’au 5 juillet 2019.

Les candidats seront répartis sur 567 centres d’épreuve dans les différentes régions du pays enregistrant une baisse de 343 élèves comparativement avec l’année écoulée dans tous les établissements publics et privés ainsi que les candidatures libres. La session de 2019 connaît une stabilité au niveau du nombre de candidats dans les lycées publics avec 131.907 élèves contre une baisse remarquable du nombre des candidats dans les lycées privés (18.583) par rapport aux sessions de 2014 et 2015 et une stabilité par rapport à la session de 2018.

Parmi les candidats, on compte 78.617 filles et 53.290 garçons.

Par ailleurs, le ministère a ajouté que les candidats concernés par l’épreuve de l’éducation artistique auront des copies d’examen en couleur tout comme l’épreuve de technologie et de sciences de la vie et de la terre.

Les diplômes du Baccalauréat et les relevés des notes seront aussi fournis aux personnes intéressées en différentes langues étrangères comme le français, l’anglais, l’italien, l’espagnol, l’allemand et le russe.

Il s’agit, également, de délivrer les diplômes et relevés des notes des redoublants pour la deuxième année consécutive avec des signatures électroniques outre la délivrance des diplômes et relevés des notes des sessions précédentes et ce, depuis 1997 jusqu’à 2017.

En 2019, plusieurs élèves bénéficieront de mesures spécifiques comme l’agrandissement de l’écriture pour 65 élèves et la présentation de copies écrites en braille pour 64 autres élèves outre la traduction de certains sujets en français pour une douzaine de candidats, le prolongement de la durée de l’examen d’un quart d’heure pour 201 élèves et la permission à deux détenus de passer les examens en prison.

Dans le cadre de la lutte contre les tentatives de fraude, le ministère indique que la décision du 5 février 2018 stipulant l’interdiction de tous les outils électroniques dans les centres d’examen, excepté la calculatrice, sera mise en œuvre.

A noter que le ministère de l’Education a lancé récemment une campagne de sensibilisation destinée à tous les candidats sur les préparatifs à l’examen et la lutte contre la fraude sous toutes ses formes à travers un spot publicitaire, des affiches et des présentations numériques outre l’envoi de messages électroniques à tous les candidats.

Le ministère procédera également à l’envoi des épreuves et de leur correction aux centres par voie électronique, et ce pour la deuxième année consécutive.

L’objectif étant de rationaliser les ressources matérielles et humaines qui sont mobilisées chaque année pour ce genre d’épreuve, indique le communiqué.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire