Plusieurs sujets ont été  discutés…, entre autres l’équipe première et les jeunes du cru.

Il est vrai qu’il y avait urgence de se réunir après une phase aller pour le moins inquiétante! A l’initiative du président Abdessalem Saïdani, à partir de l’étranger , cette réunion a vu les interactions traiter des sujets d’actualité les plus brûlants ayant trait au Club .

On a , à cette occasion , renouvelé la confiance au staff technique dirigé par Larbi Zouaoui . Le but est de ne pas perturber davantage l’ensemble cabiste afin de réussir l’opération de sauvetage qui s’annonce délicate lors de la phase  retour. La politique de rajeunissement continue d’être un leitmotiv dans l’intervention de Saïdani. C’est bien de puiser dans les catégories des jeunes issus de l’école du CAB, mais à condition que ces jeunes soient capables d’apporter le plus attendu à l’équipe. Seulement, le constat est plus qu’amer jusqu’ici. La nouvelle génération constituée de Mkadmi,  Jerbi, Kchok, Jendoubi, Dridi… est en panne d’efficacité. Sans être pessimiste, tous ces jeunes lancés en équipe senior n’ont pas l’étoffe nécessaire pour assurer la relève et hisser  haut le CAB. Déjà quand il y a des talents , il faut les encadrer de nouvelles recrues bien ciblées pour se faire respecter et par là- même jouer les premiers rôles.

La réalité est autre

Un grand club  comme le CAB ne peut pas et ne doit pas jouer pour éviter la relégation ou faire de la figuration. Il est appelé à disputer des titres sur le plan local et à participer à des compétitions régionale et continentale (maghrébine, arabe , africaine). Voilà ce que doit être l’ambition d’un grand club qui se respecte. Et pour y parvenir, il est indispensable d’être huppé sur le double plan financier et de l’infrastructure ! Or, il est aisé de constater que ce n’est pas le cas au club nordiste.  Loin s’en faut ! Le professionnalisme ne laisse aucune chance aux clubs démunis d’aller loin dans l’aventure. On a en mémoire l’équipe d’Auxerre, cette formidable école de football des années 80 dans le championnat français qui est malheureusement tombée dans les oubliettes par manque de moyens matériels. Alors compter  sur ses propres enfants qui ne sont pas de surcroît  des foudres de guerre et effectuer des recrutements non ciblés avec des moyens financiers très faibles ne mènent nulle part. Au contraire, on risque de vite sombrer. On veut bien croire à l’étoile de l’école du CAB, mais la réalité sur le terrain ne suit pas la bonne, volonté. Au cours de  cette même  réunion, on a, de nouveau, appelé les hommes d’affaires et les sociétés implantées dans la région de Bizerte d’apporter une contribution financière au club. Espérons que cet énième appel ne tombera dans l’oreille d’un sourd ! Outre ces sujets, il a été également question de soutenir le staff de l’équipe de handball, de basket  qui vivent une crise  de résultats.  Enfin, il était inévitable de ne pas aborder le suivi des travaux d’engazonnement du stade 15-Octobre. En somme, c’était une mise au point nécessaire…

Charger plus d'articles
  • CAB : Jusqu’au dernier souffle

    Les Cabistes doivent encore et toujours gagner ! L’écart entre le CAB et ses concurrents i…
  • CAB : Gagner et attendre !

    Les Cabistes ne sont plus maîtres de leur destin… Décidément,  les journées se suive…
  • CAB : Ultime chance !

    Les Cabistes ont une opportunité de réduire l’écart avec leurs concurrents pour le maintie…
Charger plus par Bechir SIFAOUI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire