Trois de nos quatre représentants ont plutôt réussi leurs sorties en remportant la victoire. C’était non sans difficulté pour l’EST pour sa première sortie en phase des groupes de la C1 africaine, alors que l’ESS et le CSS ont pris une belle option en prévision de la manche retour des matches barrages de la C3. On ne peut dire autant pour l’USM.

Si la Ligue 1 observe une trêve hivernale, cela ne veut pas dire que tous nos clubs bénéficient d’un court mais bénéfique répit au vu du rythme effréné avec lequel s’est déroulé la phase aller.

Sur les 14 pensionnaires de la Ligue 1, quatre clubs n’ont pas eu droit au repos salutaire le week end dernier en raison de leurs engagements dans les compétitions continentales interclubs. L’EST en Ligue des champions. L’ESS, le CSS et l’USM en C3. Pour nos quatre représentants dans les épreuves continentales, les choses sérieuses ont commencé dès le week end dernier. L’Espérance a entamé la phase des groupes de la Champions League alors que l’ESS, le CSS et l’USM ont disputé la manche aller des barrages, le dernier tour avant la phase des poules de la C3.

Un novice plutôt accrocheur…

Sur le papier, l’Espérance devait — en théorie — avoir la mission facile pour sa première sortie en phase des groupes de la C1 africaine. Elle a évolué à domicile avec, pour hôte, un novice de l’épreuve continentale, la formation sénégalaise de Teungueth. Ce jeune club n’a que 11 ans d’existence. Pourtant, il a donné du fil à retordre à Farouk Ben Mustapha et sa défense. Les Sénégalais ont même surpris la défense « sang et or » en ouvrant le score par le biais de Djibril Sylla.

Une contre-attaque qui a amené un but contre le courant du jeu et une énième erreur de replacement des défenseurs espérantistes qui a failli coûter cher à l’équipe.

Le novice sénégalais s’est montré plutôt accrocheur en appliquant une formule classique : jouer le bloc bas tout en opérant par des contres rapides quand l’occasion se présentait. De plus, les Sénégalais ont foulé la pelouse de Radès sans complexe avec l’état d’esprit de n’avoir rien à perdre et tout à gagner. C’est dire que Mouine Chaâbani devra penser à l’avenir à faire jouer davantage les joueurs les plus en forme tels que Ben Romdhne et Bassit, histoire d’huiler au plus vite les automatismes.

La palme au CSS et à l’ESS

En Coupe de la CAF, deux de nos trois représentants ont pris  option lors de la première manche du tour des matches barrages. Il y a d’abord le Club Sportif Sfaxien qui a infligé une lourde défaite à son hôte rwandais, l’AS Kigali, sur un score sans appel (4-1). Un score si large qu’il laisse peu de chances aux Rwandais pour se rattraper à domicile.

L’Etoile du Sahel a pris également une jolie option en prévision de la manche retour du tour des barrages en allant chercher la victoire à Eswatini au détriment d’un adversaire peu connu sur la scène continentale. Un saut dans l’inconnu que Lassaâd Dridi et ses joueurs ont effectué sans encombre malgré  qu’ils étaient amoindris. En battant son hôte swazis par deux buts à un, les Etoilés partent avec la faveur des pronostics pour se qualifier à la phase des groupes au match retour.

Dur, dur, l’apprentissage…

Pour sa première sortie continentale, l’Union Sportive Monastirienne  est tombée sur un adversaire plus coriace, le Raja Casablanca qui, lui, à l’expérience de l’Afrique. Les hommes de Lassaâd Jarda ont beau développer un volume de jeu fort appréciable, ils n’ont pas su pour autant exploiter leurs moments forts du match et c’est ce qui a fait la différence.

En perdant à Casablanca par le plus petit des scores, ils gardent leurs chances intactes en prévision de la manche retour. Toutefois, ils doivent revoir sérieusement leur copie s’ils veulent que l’aventure africaine ne s’arrête pas de sitôt.

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire