Le nouveau président clubiste et sa liste ont été plébiscités par les suffrages des électeurs venus en grand nombre. 1.858 ont voté oui pour le changement.

A quelques centaines de mètres du parc A, l’ambiance n’était pas ordinaire hier. Les élections au CA ont eu lieu dans un hôtel luxueux et il fallait comprendre que ce public venu en masse a marqué son arrivée sur l’avenue du Maghreb Arabe et l’avenue Mohamed V pourtant déserts les dimanches. Le quorum pour tenir les élections a été atteint dès midi avec à l’extérieur une ambiance digne du stade d’El Menzah ou de Radès. C’était chaud, c’était plein et animé, alors qu’à l’intérieur, le comité des élections relevant de la FTF a tout pris en considération pour réussir ce rendez-vous. Cela s’est bien passé malgré un certain entassement et une concentration de personnes hyper menaçante en ces temps de Covid. Il y avait de toutes les catégories dans cet électorat clubiste : jeunes et moins jeunes, anciens et nouveaux dirigeants et aussi une bonne présence de la gent féminine.

La liste de Youssef Almi, qui comprend aussi d’anciens dirigeants comme Mehdi Gharbi et Rachid Zemerli, a été la seule en course pour relever le président contesté et déchu Younsi. C’était donc des élections faciles ou plutôt un vote de confiance pour marquer une rupture. La liste de Almi a récolté alors 1.858 voix sur les 1.912 personnes présentes ( soit un taux de participation de 7% ). Une réussite totale et un coup de pouce énorme pour ce nouveau comité qui n’aura pas une simple mission pour sauver un club en pleine tourmente à tous les niveaux. Et bien des dettes urgentes à régler, une relance de la première équipe qui joue pour le maintien, une amélioration de l’infrastructure, la célébration du centenaire et la restructuration du club avec des statuts à revoir. Voici les chantiers urgents du nouveau comité. D’ailleurs, Almi a dit hier en présence du public qu’il y a des « priorités urgentes à gérer pour sauver le club avant de penser au développement et aux objectifs ambitieux ». En tout cas, l’ère Youssef Almi a commencé, celle de Younsi a cessé mais a laissé des plaies profondes.

Charger plus d'articles
Charger plus par Rafik EL HERGUEM
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire