Habib Bouhawel, le maître du «Le poulet au pied», sa première série BD à caractère politique de l’histoire du pays et du supplément humoristique mensuel intitulé «Le phare-felu», dans la revue Le Phare, a tiré sa révérence. Journaliste, caricaturiste, bédéiste et peintre, il nous a quittés, après un long combat contre la maladie. Diplômé de l’Ecole des beaux-arts,  le défunt a fait ses débuts à Paris dans la revue Irfane puis à L’Ephémère (revue pour enfants) pour ensuite revenir au pays et multiplier les collaborations avec des journaux et des revues tunisiennes avec des séries BD, des caricatures et des articles, à l’instar du quotidien Le Temps, Réalités, Le Phare, Kaous Kouzah et La Presse.

Grâce à la force de sa plume et à la magnificence de ses écrits, chacune de ses BD provoquait l’émerveillement. Chantre du patriotisme, il aspirait à la liberté, à la dignité et semait à tout vent la graine de l’espoir et nourrissait  l’esprit de la résistance et la foi en sa cause, en toute circonstance et épreuve.

Avec sa disparition, une page glorieuse de mémorables hauts faits vont gagner en valeur auprès de ses amis et de ses collègues artistes et journalistes. Ils se rappelleront tous son éducation, sa grande culture, son altruisme, sa bonté, son courage et son patriotisme qui ne lui permettaient pas d’agir autrement que selon ce que lui commandaient ces valeurs intrinsèques qu’il véhiculait depuis sa prime jeunesse. Paix à son âme.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri Ben Nessir
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire