Coïncidant avec le mois de Ramadan, le pèlerinage juif à la synagogue de la Ghriba à Djerba a vraisemblablement battu tous les records avec l’arrivée de milliers de visiteurs pour cette année, mais il a, avant tout, donné un bel exemple du vivre-ensemble et des croisements dévotionnels entre juifs et musulmans en Tunisie.  

Annulées en 2011 en raison de la situation du pays après la révolution et organisées sous haute sécurité durant les années suivantes, les festivités  du pèlerinage de la Ghriba ont été célébrées dans la sérénité et marquées  par un «Iftar» (rupture du jeûne) placé sous le signe de la fraternité et présidé par le chef du gouvernement, Youssef Chahed, ainsi que le ministre du Tourisme, René Trabelsi, en présence de plusieurs ambassadeurs, ministres et dignitaires. Une première dans le cadre de ces festivités qui ne fera que renforcer le dialogue interreligieux, cet élément-clé de paix, de tolérance et de mieux vivre ensemble.

Des diplomates, des personnalités  politiques et religieuses, musulmans et juifs, venus des quatre coins du monde, ont pris part ensemble à  cet «Iftar».

Témoignages  édifiants

Lors  de la conférence internationale sur le vivre-ensemble, organisée à l’occasion de l’ouverture officielle des festivités du pèlerinage de la Ghriba, le chef du gouvernement n’a pas manqué de rappeler que «la Tunisie demeure un pays avant-gardiste dans la consécration de la diversité culturelle et la pluralité civilisationnelle». Une belle leçon et un message adressé au monde entier reflétant l’image d’un pays accueillant, ouvert sur toutes les cultures et sur toutes les religions depuis l’indépendance.

C’est au leader incontestable de la Tunisie, le zaim Habib Bourguiba, que revient tout le mérite. Il a fait de la question de la tolérance et du vivre-ensemble son cheval de bataille. Bourguiba avait toujours insisté sur l’ouverture du nouvel Etat en direction de tous les Tunisiens sans distinction aucune, ni de race ni de religion et a pris plusieurs mesures visant l’inclusion des Juifs. Albert Bessis et André Barouch ont fait partie du gouvernement tunisien au temps de Bourguiba.

Aujourd’hui, on est comme dans cette continuité qui confère à la Tunisie toute la beauté d’un pays qui se distingue par son attachement à la cohabitation interreligieuse. Le témoignage de Lewin Moché, vice-président de la Conférence des rabbins européens, est venu confirmer l’excellente image dont jouit notre pays. A ce propos, il a déclaré que «la Tunisie et plus spécifiquement Djerba est un exemple exceptionnel du vivre-ensemble», avant d’ajouter que «le vivre-ensemble exige l’ouverture envers les autres et la création de passerelle et non l’établissement de cloisons, sans compter le développement des liens de fraternité et de coopération. C’est un rêve on ne peut plus réalisable».

De son côté, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique à Tunis, Donald Blome, a mis en exergue à cette occasion la cohabitation pacifique entre les religions dans notre pays qui donne un bel exemple de tolérance et de respect  des citoyens juifs.

Présage d’une saison touristique prometteuse

Profitant de la présence de puiseurs hommes d’affaires au pèlerinage annuel de la Ghriba, le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, René Trabelsi, a appelé ces derniers à investir en Tunisie et booster l’économie du pays. La politique  intérieure et extérieure du pays, ainsi que les grands efforts déployés sur le plan sécuritaire, ont considérablement contribué à la nette amélioration de la situation dans le pays, a-t-il ajouté.

A travers la réussite de ce grand événement marqué par la participation d’éminentes personnalités étrangères, la Tunisie envoie un message profond de coexistence pacifique entre les différentes confessions, a fait encore savoir le ministre en question.

Pour cette année, plus de 5.000 visiteurs ont pris part au pèlerinage, selon le président du comité de Ghriba, Perez Trabelsi. Le chiffre est donné à titre provisoire et pourrait grimper à 9 mille, d’après les prévisions. Un présage d’une saison touristique prometteuse, comme le fait savoir le chef du gouvernement.  

Charger plus d'articles
Charger plus par Samir DRIDI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire