Par Chokri GHARBI
L’industrie tunisienne a connu, au cours des dernières années une envolée aussi bien au niveau de la qualité qu’à celui des quantités produites. Cependant, des efforts doivent être déployés pour conquérir de nouveaux marchés, car la situation commence à connaître un certain fléchissement suite à la récession de la demande sur le marché international. La conformité aux normes internationales dans le domaine de l’industrie, comme dans tout autre domaine, demeure une condition à respecter par tous les industriels qui veulent se repositionner dans un marché caractérisé par une concurrence assez rude.
Le secteur du textile-habillement est l’un des secteurs qui passent par une situation difficile, malgré les mesures prises par le gouvernement pour le promouvoir à large échelle. Ce secteur fait travailler des milliers de personnes et assure une entrée régulière de devises. Cependant, les industriels opérant dans ce secteur sont appelés à faire preuve d’innovation et de recherche, en tenant compte des nouvelles tendances européennes pour pouvoir tirer profit d’une demande potentielle importante dans tous les pays du monde.
La production de certains pays comme la Chine et la Turquie risque d’inonder le marché international grâce à un rapport qualité-prix alléchant. Les industriels tunisiens doivent tenir compte de cet élément et agir en conséquence. Seule l’option pour le haut de gamme peut faire la différence. Pour cela, il est recommandé de conclure des partenariats avec les grandes marques européennes, ce qui permettrait d’ouvrir de nouveaux horizons pour les articles produits localement.
La Tunisie dispose d’une longue expérience dans le tissage et la confection grâce au travail fait par des ténors dans ce domaine et qui ont perpétué l’activité de père en fils. Des unités de textile situées dans plusieurs régions du pays, et notamment à Monastir et Sfax, travaillent encore à plein régime pour répondre à une demande locale et étrangère exigeante. Il faut poursuivre le travail à ce même rythme en renforçant l’innovation et la créativité d’autant plus que l’on dispose de compétences capables de faire des prouesses si des encouragements leur sont fournis. En fait, l’une des conditions de réussite consiste à améliorer le taux d’encadrement dans ces entreprises pour atteindre les objectifs escomptés en termes d’exportation.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire