Suite à un long round de négociations, les partis Tahya Tounès et Al Moubadara destourienne ont annoncé leur fusion.Slim Azzabi et Kamel Morjane considèrent qu’ils ont ainsi,balisé la voie à l’union de la grande famille centriste
M. Slim Azzabi, secrétaire général de Tahya Tounes, et Kamel Morjane, président d’Al Moubadara, ont annoncé, sous le feu des projecteurs, leur contrat de mariage politique, intervenant en vertu d’un acte de fusion, signé avant-hier soir à Tunis. Cela fait suite à de longs pourparlers d’alliance, entamés il y a peu de temps, afin de former d’ici aux prochaines élections un véritable front partisan s’autoproclamant candidat potentiellement favori aux législatives du 6 octobre 2019. Ainsi, « l’Initiative » de Morjane s’intègre bien dans le mouvement Tahya Tounes, le dernier-né des 218 partis que compte actuellement notre scène politique.

Justement, c’est à cause de cette prolifération des petites formations partisanes qui n’a fait qu’émietter le paysage politique et risque de compromettre l’avenir du pays que cette liaison a eu sa raison d’être, lit-on dans le communiqué mixte des deux partis coalisés. Mais aussi, a-t-on encore appris, parce qu’ils partagent le même héritage bourguibien et ses références réformistes, rêvant ainsi du projet sociétal progressiste et moderniste comme un des fondamentaux de l’Etat civil. Voilà ce qui a poussé l’un à s’incruster dans l’autre, afin d’unifier les efforts pour donner corps à leur choix « historique et incontournable » et d’aller de l’avant vers une Tunisie nouvelle. « Pour moi, c’est un grand jour de nous voir ainsi unis dans un seul parti pour l’intérêt de la patrie », se félicite M. Morjane dans une conférence de presse conjointement organisée avec son nouvel allié Tahya Tounès. Et de poursuivre : « Au départ, ça n’a pas été aussi facile de resserrer nos rangs et fédérer nos dirigeants, leaders et adhérents autour de cet objectif patriotique. De par la conclusion de ce pacte d’intégration, on a pu concrétiser ce qu’on avait déjà promis. Dieu merci !».

Un corollaire de coopération
Vieux routier de la politique — c’est ainsi qu’on le qualifie —, incarnant l’esprit partisan depuis qu’il avait 14 ans au sein du Parti destourien, le chef de l’Initiative destourienne démocratique Al Moubadara a dit avoir toujours en tête une sentence qui l’anime d’espoir et d’optimisme : « Quand je me regarde, je me désole. Quand je me compare, je me console ». Cela dit, il n’y a plus d’impossible tant qu’il y a la volonté de faire mieux. Dans une déclaration aux médias, il considère cette nouvelle fusion comme un corollaire de coopération pure et simple, étant donné que les relations entre les deux partis sont au beau fixe. Le secrétaire général de Tahya Tounes, M. Slim Azzabi, y voit un pas important. Lui aussi a la même impression : « Cette fusion n’est, en fait, que l’aboutissement normal d’une démarche unificatrice pour le bien du pays». Ce projet fédérateur et rassembleur, a-t-il ajouté, était, dès le début, la priorité des priorités de Tahya Tounès. Soit l’engagement qu’il a pris au moment de son lancement, dans le but de rassembler la famille politique. « On a voulu que cette coalition soit effectivement fonctionnelle dans un cadre purement partisan, loin des intérêts étriqués et du culte de la personnalité dont notre classe politique souffre énormément», déplore-t-il. « A ceux qui veulent nous rejoindre, nous restons ouverts, nous leur tendons la main », souligne M. Azzabi qui n’a pas manqué de révéler probablement une future liaison avec Al Badil Ettounsi et Machrou Tounès.

Cinq points fédérateurs
Pour conclure, l’acte de fusion qui vient d’être signé fera l’objet du futur conseil national de Tahya Tounès, prévu le 1er juin prochain. Cela dit, cette initiative d’union ne prendra effet qu’après consentement de sa majorité. Côté Al Moubadara, l’idée de l’intégration semble être plébiscitée. Son conseil politique vient, tout juste, de l’adopter à l’unanimité, souligne M. Morjane.

Ainsi, cet accord de fusion, faut-il le noter, devrait réunir toutes les conditions de son succès. Sa mise en œuvre exige, comme convenu, l’application de cinq points essentiels. Il s’agit, entre autres, de parachever l’intégration d’Al Moubadara dans le parti Tahya Tounès et la candidature de son chef Kamel Morjane à la présidence du conseil national du nouveau parti unifié, de réglementer les procédures de fusion et garantir aux membres et structures d’Al Moubadara une large représentativité horizontale et verticale à l’échelle locale et nationale.

Kamel Ferchichi

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire