Avec «El Farah Watana», le metteur en scène Walid Ayadi a signé une création théâtrale particulièrement caractérisée par son humour grinçant. Sous couvert de mariage, il est parvenu à tourner en dérision la société et ses entraves.

L’intitulé résonne d’emblée comme une invitation à un mariage scénique, et l’affiche, comme esquissée subtilement au crayon, révèle le cadre spatial de la création. Le public assiste à un chassé-croisé de relations familiales, d’amitiés, d’inimitiés, d’amour et de faux-semblants innés, à la culture de toute société : la nôtre regorge d’aléas et rime avec l’absurdité des traditions et une mentalité patriarcale dominante.

«Le mariage vous va si bien» est un bal de faux-semblants, d’hypocrisie régnante, celle d’une union censée initialement sceller la vie d’un couple, qui se marie au final pour son entourage, selon les normes imposées. Cette fête organisée par Rania Louati, Mohamed Taher Mendili, Salima Ayari, Boulbaba Hedhili, Firas Labidi, Lamine Hamzaoui, Dhouha Harzallah, Salma Harzallah, Fatma Sfar, Khouloud Hamzaoui, Ihsène Zayane et Aïda Driss échappe merveilleusement bien à leur contrôle.

Une création dérisoire 

Dès le départ, la mise en scène lumineuse et les personnages en mouvement initient directement le spectateur à l’univers déglingué et salace qui s’apprête à défiler sous ses yeux pendant 75 mn. Divers personnages, tout aussi riches et différents les uns des autres, tiennent davantage en haleine, tout en offrant au spectateur du recul pour parvenir à cerner la nature des relations qui les unissent. Le ton, humoristique à souhait, diminue l’aspect grotesque qui ronge notre société et pousse le public à en rire, et ce, pendant le mariage, jusqu’à peu de temps après. La pièce est le mariage d’une frange sociale entière où tout le monde est concerné : l’ancien amoureux alcoolique épris de la dulcinée, au père possessif qui ne veut pas la laisser partir, en passant par des mamans rivales, obsédées par la hantise des apparences, et qui veillent à alimenter le voyeurisme des proches. Le rythme de la pièce était fort soutenu par une musique de fond captivante, et les événements  condensés : un débordement aurait pu facilement avoir lieu si le tout n’était pas traité subtilement. Le public est capté du début à la fin, et s’il réagit, c’est pour s’adonner à des rires à n’en plus finir.

«El farah Watana» est une satire sociale bien maîtrisée, qui traite avec intelligence différents sujets tabous sans tomber dans le vulgaire où l’humour lourd : pari relevé pour Ayadi et son équipe d’acteurs, qui sont parvenus à transcender stéréotypes et idées reçues. La reprise des représentations se déroulera jusqu’au 30 mai 2019 à El Teatro.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire