Par Dhafer Malouche *

Au cours des dix derniers jours, la situation épidémique catastrophique en Inde et le nouveau record de contaminations dans ce pays ont défrayé la chronique internationale. Les scènes apocalyptiques d’hôpitaux bondés, de personnels de santé submergés et de crématoriums de masse à ciel ouvert tournant à plein, suscitent l’incertitude et l’angoisse dans le monde entier. Les experts de la santé épidémiologique décrivent une situation hors de contrôle et un système de santé au bord de l’effondrement à cause des pénuries de médicaments, de lits et d’oxygène.

La situation catastrophique du géant indien constitue donc une nouvelle menace mondiale. Elle a ainsi interpellé les grandes puissances, qui se sont mobilisées pour aider ce pays à gérer le bilan dramatique des cas Covid. Ainsi, plusieurs avions-cargos affrétés ont atterri à New Delhi avec à leur bord des équipements médicaux et des équipements de protection individuelle dont l’Inde manque cruellement. Les États-Unis ont d’ailleurs mis fin à l’interdiction d’envoi de matières premières à l’étranger, pour que l’Inde, premier producteur de vaccins au monde, surmonte ses difficultés industrielles à la suite de la pénurie des composants.

La perte de contrôle de la situation par le gouvernement indien et les tristes bilans avec des records battus en termes de nouveaux cas recensés et de décès placent-ils l’Inde dans le cercle des pays les plus touchés de la planète. Étonnamment, une relecture des chiffres peut prêter à une conclusion différente.

Dès le début de la pandémie, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la prestigieuse institution américaine Johns Hopkins University et le New York Times journal ont eu pour mission de collecter des données sur la propagation de la pandémie de la Covid-19 dans le monde entier. Ces données librement accessibles à tous permettent le suivi et donc la comparaison de l’évolution de la situation entre les pays.

En regardant de près les chiffres durant les sept derniers jours allant du 27 avril au 4 mai 2021, nous pouvons constater que l’Inde a enregistré 2 667 866 cas Covid-19 et 25 001 cas décès Covid-19.  En termes absolus, l’Inde détient les nouveaux records de contamination et de décès et se classe donc en tête des pays touchés par la pandémie. Elle est talonnée par le Brésil qui enregistre 415 325 cas Covid-19 et 16 566 cas de décès. Ces chiffres, mis en perspective avec la population des deux pays, nous montrent toutefois que la situation au Brésil est plus critique puisqu’avec une population six fois moins importante, ce dernier fait autant que l’Inde en termes de personnes décédées. 

En rapportant le nombre de cas Covid-19 à la population totale, le taux d’incidence en Inde est de 195.25 cas par 100 000 habitants ce qui la classe en 24e position sur 185 pays. Selon les cas de décès, avec 1.83 décès Covid-19 par 100.000 habitants, le pays vient en 49e position.

Par comparaison,le taux d’incidence des cas Covid, en France, est supérieur au taux indien. Il est de 217.92 cas Covid-19 pour 100 000 habitants, ce qui  classe la France en 19e position dans le monde. De même, les données liées à la mortalité en France sont presque le double de celles recensées en Inde, soit 2.66 cas de décès pour 100.000 habitants, ce qui la classe 31e dans le monde.

Qu’en est-il de la Tunisie qui semble avoir traversé la première vague de l’épidémie avec beaucoup moins de difficultés ?

D’abord peu touchée par la pandémie, la Tunisie affiche actuellement l’un des plus lourds bilans humains. En effet, les derniers chiffres ne sont pas rassurants et les indicateurs montrent que la situation sanitaire se dégrade de jour en jour amenant les autorités compétentes à se mobiliser et à restreindre l’accès au territoire pour endiguer l’épidémie.

Pendant les sept derniers jours allant du 27 avril au 4 mai 2021,  la Tunisie a enregistré une moyenne de 1509.71 cas Covid par jour et une moyenne de 81.71 décès Covid-19 par jour. Elle est ainsi détentrice du triste record du nombre de décès par habitant sur le continent africain où un décès quotidien sur 4 sur s’observe en Tunisie. 

Le nombre de cas Covid-19 par 100 000 habitants, qui y est de 90.37, classe la Tunisie en 59e position parmi les 185 pays du monde touchés par la pandémie, bien loin de l’Inde et de la France. En revanche, entre le 27 avril et le 4 mai 2021, la Tunisie a affiché 4.89 décès par 100 000 habitants. Une triste performance qui la place mondialement en 15e position et la met en tête sur tout le continent africain. Nous rappelons à ce niveau que c’est la Macédoine du nord qui s’empare de la tête du classement mondial avec 12.00 décès par 100.000 habitants.

Ce décalage entre le niveau de l’incidence des cas — relativement faible en comparaison d’autres pays — et le taux de mortalité — élevé en comparaison des mêmes pays — rend compte des maigres efforts entrepris dans le dépistage, dans la prise en charge rapide et dans la gestion des rassemblements politiques.

Le taux de létalité, défini par le nombre de décès causés par la maladie par rapport au nombre total estimé de personnes qui ont attrapé la maladie, est également un facteur clé pour expliquer la mortalité liée à la pandémie. Il a été démontré que la létalité à la Covid-19 est corrélée à la comorbidité telle que l’obésité, les affections respiratoires et l’hypertension. Elle est également liée à l’âge des patients étant donné qu’une personne infectée n’est pas exposée au même risque de décès si elle est âgée de 20 ans ou de 70 ans.

La structure démographique de la population devrait donc être prise en compte puisque le risque augmente avec l’âge. Ce faisant, les comparaisons internationales seraient plus plausibles. Ainsi, en tenant compte du nombre de décès Covid-19 pour 10 000 personnes âgées de 65 ans, le ratio indien est de 2.87 (33e mondialement),  contre 1.31 (66e mondialement)  pour la France et 5.69 pour la Tunisie (13e mondialement).

Pour conclure, nul ne doute de l’ampleur de l’épidémie et de l’aggravation de la situation en Inde. La deuxième vague qui y sévit depuis le 15 mars 2021 est particulièrement dévastatrice et le nombre de cas recensés ou décédés de la Covid-19 en progression fulgurante l’enfoncent davantage dans la crise sanitaire.

Cependant, une mise en perspective avec la population respective des pays nous montre que le bilan de la Covid-19 en Tunisie au cours du dernier mois est nettement plus grave que celui de l’Inde et que le pays peut figurer au palmarès des pays les plus touchés. La Tunisie doit donc éviter que la situation n’empire de manière significative et profiter de la décroissance de la vitesse de propagation observée récemment les trois derniers jours. Les autorités compétentes doivent être réactives, redoubler de précaution et prendre des mesures nationales drastiques pour épargner au pays un scénario à l’indienne.

D.M.

(*) Professeur de statistique
École supérieure de la statistique et de l’analyse de l’information

NB : Source des données et statistiques : https://www.covidradar24.org

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire