Dans «Gabès cinéma fen », c’est bien le cinéma qui est clairement célébré, mais il y a aussi l’Art dans toutes ses disciplines qui peut être tout autant mis en valeur. Dans sa 3e édition, l’équipe de Gabès cinéma fen a affiné davantage sa programmation et l’a élargie, en y faisant des sections plus inédites et aussi recherchées les unes que les autres.

Des trophées conçus par El-Seed, originaire de la région, seront attribués aux lauréats de cette 3e édition. Artiste mondialement connu, c’est à travers des manifestations de cette envergure qu’il ne rate pas l’occasion d’y laisser son empreinte. Des jurys, mais aussi des sections, composent l’aspect compétitif, qui a été gardé cette année. Du 18 au 26 juin 2021, au moins 70 films pour la plupart inédits ou toujours en salles défileront aux quatre coins de la ville dans des lieux équipés, à savoir la salle de l’Agora, le Complexe culturel de Gabès et le Centre des étudiants de la ville de Gabès, majoritairement aérés, ainsi que dans 5 autres délégations avoisinantes.

Les projections en chiffres, c’est 28 films dans la section cinéma entre des courts et longs métrages, répartis dans deux sections : pour la plupart engagés, 26 seront projetés pour la première fois en Tunisie. 15 films inédits dans la section «Réalité virtuelle» seront présentés où la haute technologie et l’aspect futuriste y sont appris. 8 films seront spécialement projetés dans la section CinéTerre, faite spécialement afin de sensibiliser à la protection de l’environnement, dans une ville fortement frappée par la pollution. La part belle revient cette année aux 18 œuvres d’artistes tunisiens et étrangers qui seront pour la plupart présents dans la section Art Vidéo. Malék Gnaoui, directeur artistique de la section «Art Vidéo», a supervisé la transformation d’El Kazma de Gabès en étroite collaboration avec Salma Ksontini, responsable K. Off, dédié aux artistes tunisiens. Deux rencontres avec deux commissaires d’exposition de renom, Paul Ardenne et Jean Alain Michaud, se tiendront également.

Ikbal Zalila, directeur artistique de la section cinéma, a présenté la sélection officielle des compétitions des longs et courts métrages, les cinémas du monde et les séances spéciales, et a annoncé le contenu de la section «Art pensé», à travers laquelle différents sujets, films, thématiques, y seront décortiqués.

Mohamed Arbi Soualhia, qui gère la section VR, a annoncé le déroulement d’une partie principale avec une expérience inédite qui aura lieu en milieu carcéral, dans la prison de Gabès pour la première fois. Fatma Chérif, directrice du festival, a commenté ainsi cette expérience unique : « La nouveauté, cette année, c’est qu’on fait une projection dans la prison de Gabès, et une autre destinée aux films de réalité virtuelle. L’idée est que les prisonniers restent enfermés entre les murs de la prison physiquement et qu’on les fasse sortir à travers cette réalité virtuelle : on se sent physiquement dans le film, au moindre mouvement, et on peut voir une réalité précise à 360°. Le but est de les sortir mentalement de la prison pour un moment». Un atelier critique aura lieu sur trois jours afin d’encadrer les plumes en devenir spécialisées en 7e art.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire