Aujourd’hui et plus de deux semaines après  la dynamique diplomatique qu’a connue la Tunisie, à travers les visites accomplies par Kaïs Saïed dans certains pays de la région arabe ou méditerranéenne et aussi les présidents et chefs de gouvernement qui ont défilé dans notre pays, l’on est en droit de nous poser la question suivante: comment nos gouvernants à Carthage et à La Kasbah, soutenus et accompagnés en principe par ceux opérant au Bardo, envisagent-ils de capitaliser les résultats auxquels a abouti cette activité diplomatique intense que notre pays n’a pas vécue depuis de longues années ?

En plus clair, les Tunisiens s’attendent à ce que leurs gouvernants leur confient avec clarté, transparence, chiffres et calendriers d’application à l’appui, quels sont les dividendes que leur pays va tirer à court, moyen ou long terme des accords de coopération signés en Libye, à Doha, à Bruxelles ou des dons en nature accordés à la Tunisie dans le cadre de sa lutte contre le Covid-19 ou des aides ou investissements que le pays pourrait accueillir dans le but de relancer la machine économique nationale.

Ces interrogations sont d’autant plus plausibles que jusqu’à aujourd’hui, au niveau de la Présidence de la République et également et de la présidence du gouvernement, on s’est contenté de fournir à l’opinion publique une série de communiqués dont les experts autoproclamés au parfum des secrets les plus enfouis se sont déclarés dans l’incapacité de déchiffrer le contenu dans le sens de relever, au moins, aux Tunisiens si quelques-unes de nos entreprises de bâtiment et sociétés de promotion immobilière vont participer effectivement à la reconstruction de l’une des villes libyennes détruites au bout de plus de dix années de guerre civile.

L’on s’interroge : les services information et communication accrédités à Carthage et à La Kasbah ne pourraient-ils pas déployer plus d’efforts en matière d’explication, de sensibilisation des citoyens sur ce qui a été déjà réalisé, sur ce qui le sera dans les mois à venir et aussi sur ce qui sera fait dans les cinq ou dix prochaines années ? L’objectif suprême d’une telle entreprise est bien de couper court à toutes les rumeurs et de combattre les mensonges et les fausses informations par l’arme des réalités et des réalisations.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • À visage découvert

    Ceux qui s’opposent à la décision du Président de la République d’activer l’article 80 de …
  • Jusqu’où peut aller Saïed ?

    L ’histoire ne dit pas encore si les objectifs tracés à travers les décisions et les mesur…
  • Ici et maintenant

    La marée humaine qui a pris d’assaut les rues du pays la nuit du 25 juillet, bravant le co…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire