Avec les deux autorités décisionnelles et de régulation dans ce domaine que sont l’Agence nationale de contrôle sanitaire et environnemental des produits (Ancsep) et l’Instance nationale de sécurité sanitaire des produits alimentaires (Insspa), la Tunisie trouve un appui international considérable qui va accompagner l’évolution des programmes en matière de sécurité sanitaire des aliments en Tunisie.

Suite à la promulgation de la loi n°25 du 26 février 2019 relative à la sécurité sanitaire des aliments et des aliments pour animaux, deux structures ont été mises en place sous la tutelle du ministère de la Santé qui contribueront à la mise en œuvre de la politique de l’Etat en matière de protection des consommateurs et de sécurité sanitaire des aliments. Ces deux structures sont l’Ancsep, une agence d’évaluation des risques, et l’Insspa, unique autorité nationale compétente en matière de gestion et de communication des risques. «Avec cette réforme, l’Ancsep devient la seule référence nationale dans le domaine de l’évaluation des risques sanitaires, basée sur le principe d’indépendance, d’objectivité et de transparence. Les résultats des études qu’elle mène représentent la base scientifique sur laquelle se fondent les décisions des structures de contrôle compétentes en matière de gestion des risques», apprend-on. Étroitement liée à la sécurité alimentaire sans avoir la même approche globale et les moyens institutionnels, la sécurité sanitaire des aliments n’en connaît pas moins des avancées sur le plan structurel en Tunisie. En effet, les deux autorités principales en matière de sécurité alimentaire mettent tout en œuvre pour assurer un saut qualitatif basé sur l’aspect purement sanitaire dans l’alimentation de la population tunisienne.

Pour rappel, en 2019, la Tunisie a ratifié des conventions internationales sur les maladies d’origine alimentaire d’après les organisateurs qui vont lui permettre de progresser sur les questions relatives à la sécurité sanitaire. Selon le DG des services vétérinaires : «Garantir la sécurité sanitaire des aliments nécessite un cadre réglementaire et des systèmes de santé efficaces».

Il y a eu des efforts multiples des autorités tunisiennes pour assurer la protection de la santé du consommateur, à travers le renforcement du système national de sécurité sanitaire des aliments. Il représente une composante essentielle de la sécurité alimentaire et joue un rôle crucial dans la réduction des maladies d’origine alimentaire. Dans ce contexte, le ministère de la Santé en Tunisie, avec le support de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et en collaboration avec nos partenaires allemands représentés par les institutions allemandes chargées de la gestion et de l’évaluation des risques des aliments ont organisé un webinaire hybride le lundi 7 juin 2021 à l’occasion de la célébration de la «Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments».

Cette journée constitue une occasion pour sensibiliser et agir, prévenir, détecter et gérer les risques, «afin de promouvoir une alimentation sûre et saine pour tous». Le thème de cette année met l’accent sur le fait que la production et la consommation d’aliments sûrs présentent des avantages immédiats et à plus long terme pour la santé humaine. Parmi les objectifs clés poursuivis : sensibiliser aux questions de sécurité sanitaire des aliments ; consolider les efforts en matière de sécurité sanitaire des aliments ; discuter d’approches collaboratives pour améliorer la sécurité sanitaire des aliments, notamment dans le secteur des antibio-résistances ; présenter les résultats de l’étude menée par l’Ancsep sur les résidus d’antibiotiques dans les volailles.

Partenariat allemand de poids

Sous le patronage du ministère de la Santé, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les partenaires allemands impliqués dans la sécurité sanitaire des aliments célèbrent cette journée pour consolider les efforts en matière de sécurité sanitaire des aliments et soutenir les mesures prises visant à garantir la salubrité des aliments. Afin de mieux renforcer le système tunisien en matière de sécurité sanitaire des aliments, un projet de coopération tuniso-allemand intitulé «Renforcement de la sécurité sanitaire des aliments et la protection de la santé des consommateurs en Tunisie» a été lancé le 30 mars 2021 à travers la signature officielle du contrat de partenariat entre le ministère tunisien de la Santé et le ministère allemand de la Coopération économique et du Développement et sous le patronage du Chef du gouvernement de la Tunisie.

Ce projet d’une valeur de cinq millions d’euros, financé par le ministère allemand, a pour objectif de consolider les compétences des experts tunisiens dans le domaine de la sécurité sanitaire des produits alimentaires et de garantir la sécurité sanitaire des aliments consommés. Les partenaires nationaux et internationaux impliqués dans la sécurité sanitaire des aliments ont choisi d’aborder cette année, dans le cadre de la célébration de cette journée, une thématique spécifique d’actualité, celle relative aux résidus d’antibiotiques dans les volailles en partageant l’expérience tunisienne et allemande en matière de surveillance des antibio-résistances et en présentant les résultats de l’étude des résidus d’antibiotiques dans les volailles conduite par l’Agence nationale de contrôle sanitaire et environnemental des produits (Ancsep).

Des statistiques morbides sur la consommation des aliments

«Garantir la sécurité sanitaire des aliments passe, inévitablement, par la mise en place d’une approche globale de la question, reposant sur un cadre réglementaire adéquat et des systèmes de santé capables de détecter les foyers des maladies et les risques potentiels», a indiqué, lundi en marge de la conférence, le DG des services vétérinaires au ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Hichem Bouzghaïa.

«Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une personne sur 10 tombe malade suite à la consommation d’aliments infectés, soit par des bactéries, des virus ou des produits chimiques. Ce phénomène est plus fréquent chez les enfants de moins de 5 ans et les individus à faibles revenus».

Toujours selon Bouzghaïa, la consommation d’aliments contaminés provoque, par ailleurs, la mort d’une personne sur 420 mille, ce qui nécessite de trouver des solutions radicales à ce problème.

«La mondialisation, le changement climatique, l’émergence de pandémies et de virus et l’utilisation de produits chimiques menacent la sécurité sanitaire des aliments et la santé des consommateurs et placent l’humanité devant de grands défis», a-t-il dit.

De son côté, le représentant de l’OMS en Tunisie, Yves Philippe Souteyrand, a noté que près de 600 millions de personnes attrapent des maladies à cause d’aliments contaminés.

Il a exprimé l’engagement de l’OMS à aider la Tunisie à mettre en place un système sanitaire favorisant la sécurité sanitaire des aliments et protégeant la santé des citoyens tunisiens, estimant que la santé du consommateur est étroitement liée à la sécurité de son alimentation d’origines animale et végétale.

Pour sa part, la directrice générale de l’Agence nationale de contrôle sanitaire et environnemental des produits (Ancsep), Ines Fradi, a fait savoir qu’un projet de coopération tuniso-allemand en matière de sécurité des aliments a été initié en mars 2021 avec un coût de l’ordre de 5 millions d’euros et vise à renforcer les compétences tunisiennes dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments et de la préservation de la santé des consommateurs. La Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments est célébrée chaque année par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en coopération avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), dans le but de mieux sensibiliser sur la sécurité sanitaire des aliments dans le monde et de soutenir les efforts des autorités nationales dans ce domaine. Plus particulièrement, la conférence organisée à l’initiative de l’Agence nationale de contrôle sanitaire et environnemental des produits en collaboration avec l’OMS et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’est articulée autour du cadre législatif et institutionnel de la sécurité sanitaire des aliments en Tunisie et de l’évaluation des risques résultant de la consommation d’aliments insalubres.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire