La qualité des crédits bancaires tunisiens devrait encore s’affaiblir en 2021, en raison de l’environnement difficile dans lequel opèrent toujours les banques tunisiennes suite à la pandémie de coronavirus, indique Fitch Ratings dans un nouveau rapport tout en maintenant la perspective négative.

L’Agence de notation internationale s’attend à ce que « la détérioration de la qualité des actifs sous-jacents devienne de plus en plus visible », lorsque le programme de report des échéances de crédits de la Tunisie expirera en septembre 2021 et que certaines mesures d’exemption pour les banques prendront fin à la fin de 2021.

Elle attire l’attention sur l’impact du passage à l’IFRS 9 (normes comptables bancaires) à partir de la fin de l’exercice 2021, sur l’affaiblissement des mesures de la qualité des actifs déclarés et la nécessité des provisions supplémentaires
« Notre évaluation de la qualité des actifs des banques tunisiennes rend compte de leur forte exposition à la notation souveraine affaiblie (« B »/négatif), à travers des avoirs en titres d’État et de prêts directs à l’État », lit-on dans le communiqué publié par Fitch lundi 22.

Elle estime que l’exposition des banques à la notation souveraine représentait environ 15% des actifs du secteur à la fin novembre 2020, ce qui est considérable et s’attend à une rentabilité faible en 2021, en raison des faibles taux d’intérêt, de l’activité commerciale modérée et d’une reprise retardée du secteur clé du tourisme.

Les charges liées la créance douteuse devraient rester élevées, compte tenu de la gravité des risques liés à la qualité des actifs, ce qui pèsera également sur la rentabilité, selon l’Agence.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire