Lancée il y a 30 ans, par les membres de «l’Association Fifej Sousse», présidée par Hassen Alilech, la manifestation avait pour objectif fondateur de favoriser la vulgarisation «des films traitant des thèmes de l’enfance et de la jeunesse».

La ville de Sousse accueillera, comme chaque été, la 14e session du Festival international du film pour l’enfance et la jeunesse (Fifej), dirigée par un nouveau directeur, M. Anouar Lahouar. On y célébrera les 30 années d’existence de la manifestation, une date qui dépend bien entendu du devenir de la situation sanitaire dans notre pays. Croisons les doigts pour que d’ici là l’ambiance funeste que l’on vit actuellement se dissipe et que l’on parvienne à maîtriser la situation qui semble actuellement échapper à nos gouvernants…

Festival biennal, consacré au cinéma pour enfants et jeunes de différents pays du monde, le Fifej se veut un espace ouvert aux jeunes et aux enfants passionnés par le cinéma. Lancée il y a 30 ans, par les membres de «l’Association Fifej Sousse», présidée par Hassen Alilech, la manifestation avait pour objectif fondateur de favoriser la vulgarisation «des films traitant des thèmes de l’enfance et de la jeunesse». Un espace dédié d’abord et essentiellement aux jeunes spectateurs, mais aussi ouvert au grand public sans exception en associant et en impliquant particulièrement pédagogues, enseignants, animateurs culturels et tous ceux dont le métier est justement d’encadrer des jeunes.

Acquis indéniable de la scène cinématographique tunisienne de par son engagement depuis sa première édition pour un cinéma de qualité et pour l’éducation de la jeunesse, le (Fifej) a, malheuresuement, souffert de problèmes financiers causés, entre autres, par la dévalorisation de la subvention du ministère de la Culture. Lequel budget, comme l’avait souligné l’ancien directeur du festival Hassan Alilech, a été réduit, depuis 2011, à sa moitié. Le festival a depuis revêtu une version associative, histoire de gagner en autonomie, mais cela ne lui a apparemment pas profité.

Espérons que l’édition se tiendra dans les délais et que par la même occasion, elle parviendra à nous consoler…

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire