La voiture du président du Mouvement Ennahdha et président du parlement suspendu Rached Ghannouchi a quitté lundi à la mi-journée le siège du Parlement devant lequel elle attendait depuis plusieurs heures de pouvoir y accéder.

Le véhicule de Ghannouchi a été escorté par la protection civile, a constaté l’envoyée de l’agence TAP sur les lieux.

Ghannouchi a présidé ce lundi matin une réunion du bureau de l’Assemblée des Représentants du Peuple, tenue à distance, et affirmé que l’Assemblée et toutes ses structures demeurent en état de réunion permanente.

Le bureau de l’Assemblée a « rejeté et condamné fermement » les décisions annoncées dimanche soir par le président de la République Kaïs Saïed, considérant qu’elles sont « nulles et non avenues » et constituent « une grave violation de la Constitution » et « une interprétation biaisée de l’article 80 ».

Il fait porter au président Saïed « la responsabilité des conséquences juridiques, pénales et morales de ses décisions ».

Le président de la République Kaïs Saïed a décidé dimanche soir de geler les activités du Parlement, lever l’immunité de tous les députés, révoquer le chef du gouvernement et assurer la présidence du ministère public.

L’armée a été déployée autour du siège du gouvernement à la Kasbah et du Parlement, où des accrochages ont lieu depuis hier soir entre la grande foule de protestataires et les partisans d’Ennahdha.

Une liesse populaire a envahi dès dimanche soir les villes du pays après l’annonce du président de la République. La population est descendue dans la rue pour exprimer son soutien aux décisions de Kaïs Saïed à travers des klaxons, des youyous et des slogans hostiles au Parlement, aux Mouvement Ennahdha et à ses alliés.

Des manifestations ont eu lieu dimanche dans toutes les régions du pays appelant à la dissolution du parlement et du gouvernement et à la suspension de la Constitution.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire