Dès que le Président de la République a annoncé dimanche soir une série de mesures à effet immédiat dont le gel les travaux du Parlement, la levée de l’immunité de tous les députés et la destitution du Chef du gouvernement, une foule immense a envahi les principaux quartiers de la cité aghlabide, notamment au centre-ville et à Bab Jelladine. Les gens se félicitaient et les commentaires allaient bon train. Les klaxons des voitures, les yoyous, les slogans d’allégeance au Président Kaïs Saïed, les troupes folkloriques, dont celle d’El Banga et d’El Issaouia, le bleu fluorescent des enseignes au néon ont redonné vie à une cité longtemps marginalisée. Et sur les radios régionales, on écoutait les témoignages de citoyens des différentes délégations du gouvernorat de Kairouan qui en ont marre des députés dont les disputes et les mascarades quotidiennes ont terni l’image de la Tunisie : «Pourtant, les Tunisiens sont des gens pacifiques, tolérants et modérés…
Nous avions honte de ce qui se passait tous les jours au sein du Parlement. Maintenant, il est temps de tout changer et de remettre les pendules à l’heure…», commente Slah, un ouvrier agricole à Sbikha.
Mongi Youssfi, professeur d’économie et de gestion, ne tarit pas d’éloges concernant les décisions présidentielles : «Moi qui vis dans un gouvernorat comme celui de Kairouan appauvri et qui souffre de la précarité, d’une infrastructure défaillante, d’un faible taux de scolarisation, d’un accès difficile aux soins et de l’exclusion socioéconomique, l’annonce du Président m’a fait l’impression d’un beau rêve dont je ne souhaite pas la fin, un rêve revé par quelqu’un d’autre…£
En écoutant les décisions de Kaïs Saïed avec sa voix rassurante, un bonheur indicible m’a submergé. Et tant pis pour certains internautes psychopates et les médias étrangers jaloux de notre belle démocratie…
Mabrouk à la Tunisie. Demain est un autre jour, sans regret et sans honte d’être tunisien». A travers la diversité des commentaires, des décors et des acteurs, une histoire nouvelle et unique se déroule à partir du 25 juillet 2021. En fait, la vérité d’une ville, ce sont ses habitants… la voix des chanteurs populaires, les jeunes, les adultes et les vieux, qui étaient tous fiers de participer à une fête spontanée à laquelle ils étaient invités.
Attentive aux lumières, aux odeurs et aux commentaires des citoyens, le bonheur me suffoquent, je serrai les lèvres, non, je ne voulais pas pleurer, me dis-je, ce sont les lumières de la nuit qui tremblent en moi et leur scintillement se condense en gouttes salées au bord de mes cils parce que j’ai envie que ces heures trop belles

Charger plus d'articles
Charger plus par Fatma ZAGHOUANI
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire