Ces actes ont coïncidé avec la visite qu’effectue actuellement en Tunisie une délégation des représentants des bailleurs de fonds de ce réseau, en l’occurrence la Banque allemande pour le développement et la reconstruction (KFW), la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Agence française de développement (AFD).

Les installations du projet de réseau ferroviaire rapide (RFR) sur la ligne E reliant Tunis à Essijoumi ont fait l’objet de saccage et de vol de câbles, a indiqué la Société dans un communiqué publié hier.

Ces actes ont affecté le déroulement des tests techniques du train, prévus pour lundi 22 novembre, ce qui a obligé la société à les reporter de deux jours supplémentaires», a-t-elle jouté, soulignant que des enquêtes sécuritaires sont menées pour identifier les responsables du vol. Ces actes ont coïncidé avec la visite qu’une délégation des représentants des bailleurs de fonds de ce réseau, en l’occurrence la Banque allemande pour le développement et la reconstruction (KFW), la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Agence française de développement (AFD) effectue actuellement en Tunisie.

Les membres de cette délégation, dont la visite en Tunisie dure trois jours, ont inspecté les installations et composantes du RFR du Grand Tunis et ont visité «la centrale de commandement» à la gare de Barcelone. Ils ont assisté, aussi, aux tests techniques du train et pris connaissance de l’avancement de travaux aux entrepôts de Sidi Fathallah.

Ils ont fait part de leur satisfaction quant à l’avancement des travaux sur la ligne ferroviaire reliant Tunis à Essijoumi qui a atteint 75%, et ont réitéré leur disposition à continuer à appuyer ce projet, d’après la société RFR.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire