Des taches marrons qui apparaissent inopportunément sur la peau, une décoloration épidermique ou encore des lésions et des ulcères cutanés qui semblent récalcitrants : autant de manifestations cutanées qui peuvent paraître tout à fait spontanées, mais qui ne le sont point en réalité. Il s’agit probablement de troubles trophiques de la peau. Ces troubles reviennent immanquablement à un mauvais apport circulatoire du tissu cutané. Ce dernier se trouve à défaut d’une bonne alimentation en sang, suite notamment  à un problème d’origine pathologique vasculaire ou encore à un traumatisme.


Un mauvais contrôle neurologique de la vascularisation cutanée peut être d’origine pathologique vasculaire dont les varices ou encore les artérites. Il est possible qu’il soit aussi dû à un traumatisme ou un choc. Dans les deux cas, les conséquences sont similaires et varient en intensité et en complication.

Complications variables

La peau se transforme en un miroir de ce qu’elle vient de subir. Des problèmes cutanés sont visibles à l’œil nu : il s’agit de l’apparition de taches marron, de peau décolorée ou dépigmentée ou de lésions ulcéreuses qui ne guérissent pas d’elles-mêmes.  Les conséquences des troubles trophiques de la peau peuvent, dans bien des cas, excéder le seul volet cutané pour toucher le volet sous-cutané, affectant ainsi les muscles, les tendons et parfois même certains organes donnant ainsi lieu à des œdèmes et des escarres.

Il est important de noter que ce sont généralement les extrémités ( notamment les coudes et les articulations ) qui en sont touchées en premier, et ce, en raison du faible flux sanguin dans ces parties du corps. Néanmoins, les troubles trophiques peuvent affecter la totalité de la peau.   

Traiter  l’origine du trouble

Le diagnostic des troubles trophiques doit être établi par le médecin dermatologue. Quant au traitement, il dépendra intrinsèquement de l’origine du trouble. Ainsi, si le problème est dû aux varices, il conviendrait donc de les traiter en recourant au traitement par laser, par chirurgie, par injection sclérosante ou encore par coagulation intravasculaire. Dans le cas d’une artérite, et donc d’une artère bouchée, il serait nécessaire de résoudre ce problème. Il est bon à savoir, par ailleurs, que l’usage excessif de crèmes à base de cortisone peut provoquer les troubles trophiques de la peau.     

*Source : www. sante.journaldesfemmes.fr

Charger plus d'articles
Charger plus par Dorra BEN SALEM
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire