Quand la voix de la maman se transforme en un instrument musical


Il suffit de croire en une Cause, d’interpeler les personnes et les organismes à même de mettre la main dans la pâte et d’œuvrer ensemble pour exceller et faire la distinction. Et c’est bien cet engagement humanitaire qui a été à l’origine de l’implantation d’une unité de musicothérapie à l’hôpital d’enfants «Béchir Hamza» et plus exactement  au sein de l’unité d’oncologie pédiatrique.

Il s’agit d’une première en Afrique, dans le monde arabe et probablement dans le monde, vu que la présente unité se distingue des expériences internationales par l’échantillonnage des voix des mamans des enfants pris en charge par l’unité d’oncologie pédiatrique. «Nous enregistrons les voix des mamans et nous les traitons de sorte à en créer un instrument de musique. Il s’agit bien évidemment d’un instrument digital, numérique. L’enfant y joue comme on joue du piano sauf que les notes qui en résonnent reprennent le timbre de la voix de la maman », explique M. Magouri.

Près de quatre ans de travaux préliminaires

Ce nouvel acquis de la santé infantile en Tunisie a été inauguré le 11 novembre 2021. Soutenu par le Fonds de la culture pour tous de l’ambassade d’Allemagne en Tunisie et mis en œuvre par l’Association Sélima d’aide aux enfants cancéreux, le projet de «la musique à l’hôpital» intervient comme un traitement complémentaire aux traitements anticancéreux dont la chimiothérapie et la radiothérapie, contribuant ainsi à l’amélioration de la qualité de vie des enfants  atteints de cancer. Selon M. Issam Magouri, musicothérapeute et étudiant à la Faculté de médecine de Sousse, la musicothérapie a commencé son introduction dans l’espace hospitalier en 2018 dans le cadre, notamment de travaux préliminaires audit projet, menés par le musicothérapeute en étroite collaboration avec une équipe médicale dirigée par le Dr Faten Fdhila Ben Ayed, oncologue pédiatre, sous la supervision du Dr. Monia Khemir, chef de service. Et c’est en octobre 2021 que le Comité de pilotage du certificat d’étude complémentaire et de recherche de la Faculté de médecine de Tunis a validé ce travail.

Réduire la douleur de 4 degrés

Ainsi, l’impact salutaire de la musicothérapie sur la qualité de vie des enfants malades a été confirmé. Et pour preuve : une étude réalisée dans le service de médecine infantile A a prouvé que la musique atténue la douleur de 4 degrés sur une échelle de 10 chez l’enfant malade, ce qui confirme l’utilité ô combien salutaire de la musicothérapie au profit des enfants atteints de cancer et soumis, par conséquent, à des traitements lourds. Près d’une dizaine d’enfants pris en charge par l’unité d’oncologie pédiatrique bénéficieront d’ici fin décembre de ce traitement complémentaire atypique. Compte tenu de son impact plus que positif sur le bien-être des malades et sur le bon déroulement du traitement, la musicothérapie promet d’être un traitement complémentaire indéniable aux traitements conventionnels. L’unité d’échantillonnage des voix des mamans serait, probablement, un laboratoire de recherche en musicothérapie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Dorra BEN SALEM
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire