Présenté comme étant l’avenir de l’Internet, l’apparition du concept du métavers a fait grand bruit et continue de faire couler beaucoup d’encre. Nouvelle lubie des géants du numérique, le métavers devrait révolutionner nos vies et  notre rapport avec Internet. Qu’entend-on alors par métavers ? En quoi consiste ce changement ?

Contraction de méta et univers, le mot métavers renvoie à la notion de l’univers augmenté. On le savait déjà depuis un bon bout de temps, le monde de la tech est en train d’évoluer dans ce sens. Un monde virtuel où nos avatars affranchis des contraintes imposées par le monde réel ont la possibilité de presque tout faire, cela a été déjà pensé et fantasmé par les films de science-fiction. Cette transformation fulgurante de l’Internet est en train de se concrétiser et est en passe de devenir une réalité.

La qualité essentielle du métavers sera le sentiment de vraiment être là avec les gens

Le métavers a été défini par le fondateur de Facebook, comme “un espace virtuel en 3D où nous pourrions partager des expériences immersives avec d’autres personnes”. Il faut dire que la virtualisation des relations humaines n’est pas vraiment d’actualité. Les grands éditeurs de jeux vidéo, mais aussi les réseaux sociaux  s’y sont déjà mis. Mais ce que propose le métavers est quelque chose de différent. “La qualité essentielle du métavers sera la présence — le sentiment de vraiment être là avec les gens”, a affirmé Mark Zuckerberg, lors d’une conférence virtuelle, tenue en octobre 2021, pour présenter le nouveau projet.

Le géant des réseaux sociaux compte y mettre le prix pour que ce méga-projet prenne forme. Le mastodonte de l’Internet,  Facebook, devenu Meta, en octobre 2021, a annoncé que le groupe compte embaucher 10.000 personnes d’ici à cinq ans dans l’Union européenne pour construire le métavers. Selon Zuckerberg, ce nouveau monde parallèle numérique va avoir deux pans, à savoir un espace personnel de l’utilisateur avec Horizon Home et un autre espace de travail avec Horizon Work. Une plateforme dédiée aux entreprises, Quest for Business, sera également lancée pour encourager le travail virtuel.

La course au métavers s’annonce rude

Il est clair que l’immersion dans le métavers nécessite des outils de haute technologie. C’est pourquoi Facebook s’est désormais planché sur la conception de plusieurs gadgets high-tech, notamment un nouveau  casque de réalité virtuelle Quest 2, doté de capteurs de facteur de forme, une paire de lunettes de réalité augmentée lancée avec Ray Ban et un bracelet connecté.  L’objectif ultime du patron du géant des réseaux sociaux est de “faire de Facebook, une société incontournable du métavers d’ici à 2026”. “Pour accomplir notre vision du métavers, nous avons besoin de construire le tissu connectif entre les différents espaces numériques afin de passer outre les limitations physiques et de pouvoir se déplacer entre eux avec la même facilité qu’entre les pièces de sa maison”, a dévoilé Zuckerberg.

La course au métavers s’annonce rude. Outre Meta, des développeurs de jeux vidéo comme Epic Games ou Roblox souhaitent, eux aussi, aller plus loin dans le développement de leurs univers numériques. Avec le métavers, les frontières entre économie réelle et virtuelle s’effacent. Dans ce nouveau monde virtuel, les flux monétaires réels et virtuels s’entrecroisent. Bloomberg Intelligence estime que le marché des métavers pourrait atteindre 800 milliards de dollars d’ici à 2024. Aujourd’hui, des sociétés de renommée internationale, des franchises et des multinationales se ruent sur le métavers. Beaucoup d’entre elles sont en train de dépenser des sommes colossales pour acheter des terrains virtuels. 

Charger plus d'articles
Charger plus par Marwa Saidi
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire