Le groupement professionnel des boulangeries modernes relevant de la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT) et le ministère du Commerce ont abouti à un accord sur un ensemble de demandes sectorielles qui ont débouché à la suspension de la grève ouverte des boulangers pour une durée de 10 jours.

D’après le président du groupement professionnel des boulangeries modernes, Abdelkarim Ben Mehrez, cet accord comprend trois points essentiels ; à savoir l’engagement du ministère du Commerce et du Développement des Exportations d’obliger les minoteries à approvisionner les boulangeries modernes en farine et semoule.

Dans une déclaration à l’agence TAP, Ben Mehrez a rappelé que la décision du 13 novembre 2020, émanant du ministère du Commerce a institué un ensemble de mesures portant sur l’opération de l’approvisionnement des boulangeries modernes en matière de farine et de semoule. Il s’agit également, d’obliger les propriétaires de boulangeries de s’approvisionner directement auprès des minoteries.

Le groupement professionnel des boulangeries modernes regroupe 900 boulangeries ayant rempli les conditions juridiques, alors que le secteur comporte plus de 1 300 boulangeries ayant besoin mensuellement entre 18 et 20 tonnes de farines et de semoules, selon Ben Mehrez.

Un nombre de boulangers ont observé lundi dernier un sit-in ouvert devant le siège du ministère du commerce.

Lors d’une réunion entre des responsables du ministère de tutelle et des professionnels du secteur des boulangeries modernes, les deux parties ont convenu qu’approvisionnement pourrait s’effectuer auprès de 6 minoteries au lieu de 3 et de créer un comité d’organisation du secteur sous la tutelle du ministère du commerce et d’y faire participer le groupement professionnel des boulangeries, selon Ben Mehrez. Le président du groupement a, dans le même cadre, imputé la hausse des prix du pain  » baguette  » fourni par les boulangeries modernes à l’envolée des prix d’achat de la farine et de la semoule auprès des moulins et l’endossement du coût de transport.

Ben Mehrez a annoncé que le prix des baguettes vendues par les boulangeries modernes restera au seuil de 250 millimes l’unité, en attendant de trouver des solutions à la question des subventions pour l’approvisionnement en farine et semoule.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire