« A mon sens, il n’y a pas de véritables directeurs techniques des jeunes parmi le staff des clubs tunisiens. Le seul club qui a recruté un bon directeur technique des jeunes n’est autre que le CSS.
Il s’est attaché les services de l’espagnol Lopez, un technicien chevronné et expérimenté dont le travail a porté ses fruits .
Les autres équipes se sont contentées de recruter des anciens joueurs ou d’anciens entraîneurs qui exercent à l’ancienne comme on dit . J’ai vu de mes propres yeux de soi-disant directeurs techniques des jeunes copier des programmes d’entraînements établis par des techniciens étrangers et les appliquer dans leurs clubs.
Or, chaque terre de football à ses spécificités.
Aussi, plusieurs directeurs techniques des jeunes n’hésitent pas à faire plaisir aux parents, en demandant à leurs entraîneurs de favoriser tel ou untel ! Sans parler des directeurs techniques qui mettent les résultats immédiats avant la pré-formation».
«Pour un budget adéquat»
« Le recrutement d’un directeur technique des jeunes dépend de plusieurs facteurs endogènes, dont notamment le budget du club. Il faut réserver un budget conséquent pour la formation des jeunes. Il faut rappeler aussi que c’est le DT qui recrute les formateurs-éducateurs. Il doit veiller au bon déroulement des entraînements sur le long terme pour s’assurer de la progression technique des joueurs sur des bases solides.
J’avoue que dans nos contrées, nous avons beaucoup de jeunes directeurs techniques de jeunes qualifiés et compétents.
Malheureusement , ils n’ont pas été recrutés par nos clubs en raison de l’absence de moyens. Ils ont ainsi mis les voiles.
Comme on dit, nul n’est prophète en son pays…»

S.K.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Dossier du Lundi

Laisser un commentaire