Un circuit culturel qui inclut des visites aux borjs et aux demeures anciennes de la ville est prévu les 19 et 20 mars 2022.   

« SOS borjs en péril» est le thème du circuit culturel qui sera organisé les 19 et 20 mars 2022 par l’Association des propriétaires des anciennes demeures à Sfax.

Présent à la Foire internationale de l’olivier à Sfax, Nejib Fourati, le trésorier de l’association, a expliqué que ce circuit vise à tirer la sonnette d’alarme, encore une fois, sur la situation dégradante de quatre «borjs», en l’occurrence Borj Mzid, Borj Ben Mrad, Borj El Fakhfakh et Borj Kammoun.

Avec l’appui notamment du ministère des Affaires culturelles, de l’Association des amis des arts plastiques et de l’Institut français de Tunisie (IFT), l’Association des propriétaires des anciennes demeures à Borj Kallel organise cette manifestation pour la visite de ces demeures anciennes à Sfax avec, au programme du samedi 19 mars 2022, un circuit dans ces quatre demeures, à raison de deux visites le matin et deux l’après-midi. Le même circuit est prévu le dimanche 20 mars. Le programme prévoit, le vendredi 18 mars, à partir de 18h00, une table ronde « Thème symbolique» animée par Sofiene Souissi à Borj Kallel et une comédie musicale qui sera donnée par Mouja et Takmira (Ce spectacle est pour 20 dinars). Cette manifestation vise à sensibiliser la population, la société civile et l’Etat à la nécessité d’œuvrer d’urgence à sauver ces anciennes habitations à Sfax de la menace dangereuse de l’expansion urbaine anarchique. En effet, les borjs ont enregistré une régression importante durant les dernières années sous cette menace.

Déjà, un cri d’alarme avait été lancé auparavant par l’historienne de l’Institut national du patrimoine (INP), Sihem Kallel Ben Amor, qui a pointé du doigt la transformation de certains borjs en locaux pour des activités industrielles polluantes. Les dangers qui pèsent sur les borjs menacent aussi de disparition une panoplie de métiers et de savoir-faire traditionnel, autrefois intimement liés à ce style architectural des habitations traditionnelles à Sfax. Il s’agit, en particulier, des ustensiles de cuisine, des instruments agricoles ou encore des éléments de décoration, des meubles et des costumes traditionnels qui sont autant de composants reflétant des aspects du mode de vie traditionnel des familles sfaxiennes.

Les borjs, qui dégagent les relents d’une histoire riche de souvenirs et de traditions, reflètent l’attachement fort des Sfaxiens à leur région.

Les premiers borjs, selon les historiens, ont été construits au XVIIIe siècle, mais d’autres spécialistes datent les premiers du XVIIe siècle. Ils étaient petits au début et avaient un rôle défensif,  écrit Zaher Kammoun, ingénieur géologue de formation, photographe de passion, blogueur, documentaliste de patrimoine et journaliste citoyen. Ce sont des habitations de forme carrée d’un seul étage, avec une seule entrée et quelques petites fenêtres.

Bâtis comme des citadelles avec de hautes murailles, les borjs sont apparus au XVIIe siècle avec l’émergence dans la vie des Sfaxiens de résidences secondaires pour la saison d’été et le printemps pour profiter de la fraîcheur de cette zone et surtout des fruits de la saison.

Le modèle architectural des borjs est aujourd’hui reproduit, dans une certaine mesure, dans les habitations modernes et constituent une source d’inspiration pour les architectes et les décorateurs d’intérieur dans la région de Sfax. Des associations œuvrent à préserver les borjs, en essayant de les inclure dans le dossier de candidature de Sfax sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire