Le Président de la République continue à être à la tête des sondages malgré une perte de vitesse, mais toujours avec 76% des intentions de vote

Huit mois après le gel du Parlement et les mesures exceptionnelles décidées dans la foulée par le Président de la République, le paysage politique est de plus en plus incertain. Malgré le calendrier auquel est attaché le locataire de Carthage, et qui nous mènerait à des élections législatives en décembre prochain, les récents développements et l’entêtement des Parlementaires planent encore.

Toujours est-il que pour le moment, selon le sondage d’opinion présenté par Emrhod Consulting, commandé par Business News et Attessia, le Président de la République, Kaïs Saïed, continue à être en tête des intentions de vote, malgré une perte de vitesse mais toujours avec 76%.

Loin derrière, la patronne du Parti destourien libre, Abir Moussi, occupe la deuxième place avec seulement 8% des intentions de vote. Pour les autres leaders politiques, les scores sont anecdotiques. Ainsi, Safi Saïd est crédité de 3% suivi du président de Afek Tounès, Fadhel Abdelkafi, de l’ancien leader d’Al-Tayar, Mohamed Abbou, et l’islamiste Abdelfattah Mourou, avec uniquement 1% des intentions de vote.

Il est par ailleurs intéressant de noter que 26% n’ont pas souhaité s’exprimer sur leurs intentions de vote. Il est également à noter que ce sondage a été réalisé avant la décision du Chef de l’Etat de dissoudre l’Assemblée des représentants du peuple.

Le sondage a en effet été réalisé entre le 25 et le 29 mars 2022, prenant en considération un échantillon représentatif de 1.080 de femmes et hommes âgés de plus 18 ans et répartis sur les 24 gouvernorats qui forment la Tunisie. Il convient de préciser que 26% des sondés n’ont pas exprimé leurs intentions de vote.

Côté élections législatives, c’est le Parti destourien libre qui tire son épingle du jeu avec 34% des intensions de vote, révèle le sondage. Le PDL gagne ainsi 1 point par rapport au précédent. Avec 24%, c’est le «parti de Kaïs Saïed» (quel que soit son nom), qui vient en seconde position.

Quant au parti Ennahdha, il continue sa chute dans les sondages, puisqu’il est accrédité de seulement 13%. Mais là aussi 65% des personnes interrogées ont refusé de dire pour qui ils pourraient voter.

D’un autre côté, il ressort du même sondage que les Tunisiens sont préoccupés par l’économie et pensent à 56% que la situation se dégrade. Le degré d’optimisme reste pourtant élevé, 56% des sondés se disent optimistes.

Charger plus d'articles
Charger plus par Karim Ben Said
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Aida Laz

    02/04/2022 à 16:35

    les instituts de sondage tunisiens ne sont pas dignes de confiance.
    Ils sont sponsorisés et donc reflètent une parti pris et ont l’objectif de diriger l’opinion publique.la preuve en a été donné avec l’échec cuisant de l’istichara initiée par Kaïs Sayed qui n’a eu que 534 milles repondants en incluant des mineurs dans les établissements et la coercition exercée auprès des usagers de l’administration publique lors de leur demande d’un.document ou autres
    sur un volume de 8 millions de votants potentiels nous sommes donc loin des 2 millions 700 milles lors de de son élection.
    Cela prouve le degré de déception des citoyens envers lui.

    Répondre

Laisser un commentaire