Les spécificités archéologiques et civilisationnelles du pays sont en mesure de faire le printemps du tourisme culturel tunisien. Les 38 musées publics gérés par le ministère des Affaires culturelles, les 27 musées publics gérés par d’autres ministères, les 50 musées privés et les 14 sites archéologiques ouverts au public, selon l’Institut national du patrimoine, ont besoin de nouvelles idées pour devenir de vrais centres de vie et d’exercice de la pensée dans un contexte général dur et morose.

S’inscrivant dans cette optique, l’Agence de mise en valeur du patrimoine et de la promotion culturelle (AMVPPC), relevant du ministère de la culture, a inauguré lundi dernier, en présence des ministres de la Culture et du Tourisme, un nouvel espace d’accueil au site archéologique d’Oudhna.

Marquant l’ouverture du mois du patrimoine de cette année dans sa 31ème édition, cet espace d’accueil dont le coût global s’élève à 2,8 millions de dinars est le premier du genre en Tunisie à être équipé d’une grande salle polyvalente d’une capacité d’accueil de près de 100 personnes et pouvant accueillir des congrès, des ateliers, des activités culturelles et des manifestations nationales et internationales.

S’y ajoutent également des équipements modernes à la pointe de la technologie, un restaurant et un café donnant sur les plaines verdoyantes entourant le site et un point de vente destiné à l’exposition des produits artisanaux et culturels inspirés du patrimoine national.

Il a été, de surcroît, procédé à la mise en place d’un pont métallique facilitant l’accès au site et permettant aux usagers de profiter d’une vue panoramique alliant paysages naturels époustouflants et poétiques de l’espace archéologique.

Œuvrant à promouvoir le site archéologique d’Oudhna, l’AMVPPC avait plus tôt procédé au financement des fouilles et des opérations de restauration et d’entretien, au raccordement du site au réseau d’électricité et d’eau potable, à l’amélioration de l’aspect sécuritaire et à la mise en place de panneaux indicatifs et explicatifs ainsi que d’unités sanitaires.

Le site archéologique d’Oudhna constitue désormais non seulement un chef-lieu de culture et de civilisation mais aussi un centre de vie et de détente pour tous les Tunisiens, à commencer par les habitants de la banlieue sud de Tunis, du fait de la proximité géographique.

Aux commandes de cette belle réalisation, l’Agence de mise en valeur du patrimoine et de la promotion culturelle aurait compris le rôle de l’archéologie dans les sociétés contemporaines.

Misant sur une discipline scientifique qui a existé dès les temps les plus anciens de l’humanité, en Égypte, en Mésopotamie, en Chine, en Grèce, les porteurs dudit projet semblent être déterminés à pousser les Tunisiens, notamment les jeunes générations, à s’intéresser à leurs prédécesseurs et aux vestiges laissés par eux. D’autant que l’identité culturelle d’une société contemporaine dépend étroitement de son passé lointain.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Hedi ABDELLAOUI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire