La création officielle du Front de Salut National a été annoncée officiellement mardi lors d’une conférence de presse à Tunis.

Cette formation regroupe des forces politiques, des membres de la société civile et des personnalités opposées à la politique du président de la République Kaïs Saïed.

Le Front qui qualifie de coup d’État le processus du 25 juillet regroupe, notamment, Ennahdha, le parti  » Amal », « Al Irada », « Al Karama », Qalb Tounès et « Citoyens contre le coup d’État ».

Il est dirigé par des représentants des partis et autres initiatives de la société civile qui le forment et compte une instance exécutive composée de Nejib Chebbi, Samira Chaouachi, Jawhar Ben Mbarek, Ridha Belhaj, Samir Dilou, Yousra Dali, Sami Chebbi, Mohamed Amin Saidani, Omar Sifaoui et Riadh Chaibi.

Le Front compte, aussi, une commission des libertés chargée de scruter les violations et d’assurer le suivi des dossiers judiciaires des opposants politiques.

Parmi les structures de ce front, figure, également, une commission juridique et une autre chargée de la relation avec les médias, en plus d’un forum de réflexion composé de plusieurs experts et dirigé par le journaliste Slaheddine Jourchi.

Nejib Chebbi qui assure la présidence de ce front a souligné que les différentes composantes de cette formation partagent le souci de remettre le processus démocratique sur les rails.

Le front, a-t-il poursuivi, œuvre à l’unification des forces vives pour sauver le pays de la crise économique et sociale qu’il traverse.

Aujourd’hui, ou on est avec le coup d’État de Saïed et son régime autocratique ou on défend la constitution et la liberté, il n’existe pas de troisième solution, a-t-il soutenu.

De son côté, Jawhar Ben Mbarek a déclaré que le Front appelle à un vrai dialogue national inclusif, un gouvernement de salut et des élections anticipées supervisées par « une instance électorale légitime ».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

2 Commentaires

  1. Fhal

    31/05/2022 à 17:24

    Le pauvre au moins président de qq chose

    Répondre

  2. Mohamed Mamoghli

    31/05/2022 à 18:54

    La création officielle du Front de Salut National a été annoncée officiellement mardi lors d’une conférence de presse à Tunis. (La presse du 31.05.22 Par La Presse avec TAP).
    Nouvelle chance ? Pour qui ? D’autres politiciens vont jurer de défendre les intérêts du peuple aussi.
    Mais croire à un politicien ? C’est très difficile pour nous d’y croire aujourd’hui.
    Pour nous, nous constatons qu’il n’y a que deux choix, Pour des blagueurs et (Démocratie ?) ou pour les reformes et réparations des pots cassés. Nous savons, C’est un long chemin difficile à supporter avec un seul réformateur, mais mettre l’avenir de notre peuple dans les bras de nouveaux ou vieux.
    Politiciens c’est la roulette russe de nouveau ou la même rengaine du passé.
    Alors, les politiciens sont des acteurs pour polir leur profil et peut être au maximum celui de leur parti avec mais pas plus.
    Pour nous, c’est une vérité amère. Un bon réformateur propre dans la main, enfin aujourd’hui trouvé,
    que croire à des politiciens de toutes couleurs.

    Répondre

Laisser un commentaire