• « Rached Ghannouchi devra désormais répondre, devant la justice de son pays, aux accusations, dont principalement le dossier de “l’appareil secret” ».
• « L’interdiction de voyage décidée à l’encontre de Ghannouchi et plusieurs cadres du parti Ennahdha sonne comme une petite victoire ».
• «Les efforts déployés depuis plusieurs années sur ce dossier commencent à porter leurs fruits ».
• « Le Comité défendra la vérité jusqu’au bout, même plusieurs années après les assassinats politiques, et même après que plusieurs preuves ont pu être détruites et que certains protagonistes, à l’instar de Mustapha Khedher, ont fini par disparaître de la circulation ».
• « Ce qui se passe depuis quelques jours marque peut-être la fin de l’interférence politique dans un dossier judiciaire ».

Le comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi a tenu hier à Tunis une conférence de presse, retransmise en direct sur la page Facebook du comité et avec une traduction en simultané en français et en anglais et même en langue des signes.

Sans véritablement communiquer de nouvelles informations ou de nouvelles révélations sur le dossier des assassinats politiques, les avocats, excellents orateurs, prennent tour à tour la parole pour se féliciter des mesures prises par la justice à l’encontre de plusieurs dirigeants du parti Ennahdha et à leur tête leur chef historique Rached Ghannouchi. « Jusque-là épargné ou ménagé par complaisance par la justice », estiment les avocats, « Rached Ghannouchi devra désormais répondre, devant la justice de son pays, aux accusations dont principalement le dossier de “l’appareil secret”, qui suppose l’existence d’une organisation parallèle au parti, chargée de missions autres que politiques ».

L’avocat de la défense, Nasser Laâouini, a assuré, par exemple, qu’à mesure que le comité de défense avançait sur le dossier au niveau des investigations, pour tenter de faire éclater la vérité sur les assassinats politiques, celui-ci découvrait une multitude d’informations compromettantes. Selon lui, et le comité le clame depuis 2018 déjà, de grosses mallettes remplies d’argent circulent en toute illégalité, des formations diverses en contre-espionnage, en fabrication de bombes artisanales et substances empoisonnantes et autres activités douteuses.

Pour le comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, l’interdiction de voyager décidée à l’encontre de Rached Ghannouchi et plusieurs cadres du parti Ennahdha sonne comme une petite victoire.

Pour eux, les efforts déployés depuis plusieurs années sur ce dossier commencent à donner leurs fruits. Laâouini note que les dispositions judiciaires contre les ténors du parti et particulièrement contre le président du parti Rached Ghannouchi, sont assimilables à une mise en accusation directe.

Le comité assure qu’il défendra la vérité jusqu’au bout, même plusieurs années après les assassinats politiques et même après que plusieurs preuves ont pu être détruites et que, comme certains protagonistes, à l’instar de Mustapha Khedher, ont fini par disparaître de la circulation.

Les avocats, après avoir rappelé les péripéties du dossier, estiment que ce qui se passe depuis quelques jours marque peut-être la fin de l’interférence politique dans un dossier judiciaire.

Le comité note toutefois que des difficultés persistent, notamment le refus du ministère de l’Intérieur d’obtempérer à  17 demandes à la justice, concernant des documents relatifs à l’assassinat de Mohamed Brahmi et d’autres en lien avec « l’appareil secret ». A ce titre, le comité de défense s’apprête à poursuivre le ministère de l’intérieur.

Charger plus d'articles
Charger plus par Karim Ben Said
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Ali

    07/08/2022 à 04:38

    Il est criminel

    Répondre

Laisser un commentaire