Le Casino d’Hammam-Lif, monument de style néo-mauresque inauguré en 1894, a été durant plus d’un siècle un lieu phare de la ville et a participé ainsi à l’âge d’or de la banlieue sud.  Tour à tour hôtel-casino, salle des fêtes puis bar-restaurant, la bâtisse, qui a fermé ses portes depuis 2010, s’apprête, une fois rénovée dans les règles de l’art, à nous livrer un nouveau visage tourné cette fois vers la culture et le tourisme.

Il est à noter que dans le cadre de sa politique de sauvegarde et de valorisation du patrimoine culturel, la commune d’Hammam-Lif a décidé de mettre en concession le Casino, monument historique protégé.  A cet effet, un appel d’offres a été lancé cette année, s’inscrivant dans une dynamique visant à sauver et à redonner vie au patrimoine bâti remarquable porté conjointement par le ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, l’instance générale des partenariats public-privé, l’Institut national du patrimoine, avec l’appui du projet Patrimoine 3.000 mis en œuvre par Expertise France dans le cadre du programme Tounes Wijhetouna cofinancé par l’Union européenne.

La mise en concession du monument vise à la fois la restauration de l’intégrité architecturale, la sauvegarde de l’authenticité patrimoniale ainsi que la reconversion aux nouvelles fonctionnalités permettant l’exploitation du monument à des fins culturelles et touristiques. La durée minimum de référence du contrat de concession est fixée à 25 ans.

A cet effet, une convention de coopération entre le ministère des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières et l’instance générale du partenariat public-privé (PPP) a été conclue, hier, en vue de lancer le partenariat public-privé dans des projets touristiques et culturels au Casino d’Hammam-Lif (banlieue sud de Tunis).

Ont procédé à la signature de cette convention, le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mohamed Rekik, le président de l’instance, Atef Majdoub, le directeur général de l’Institut national du patrimoine, Faouzi Mahfoudh, et le coordinateur interrégional de l’Afrique du Nord du réseau «Expertise France», Stéphan Orivel.

L’accent a été mis, à cette occasion, sur la nécessité d’apporter une assistance technique à tous les départements ministériels, municipalités et établissements publics disposant de bâtiments historiques et qui cherchent à en confier l’exploitation au secteur privé pour des activités culturelles et touristiques. Présidant la cérémonie de signature à laquelle ont pris part des diplomates européens, la Cheffe du gouvernement, Najla Bouden, a mis l’accent sur l’importance de renforcer le partenariat public-privé afin de préserver le patrimoine matériel de la Tunisie et de donner une impulsion à l’investissement dans des projets touristiques et culturels. Elle a affirmé que la Tunisie regorge de monuments historiques en déperdition et dont la réhabilitation demeure nécessaire en vue de les exploiter de nouveau, à l’instar du Casino d’Hammam-Lif.

De son côté, le maire d’Hammam-Lif, Mohamed Ayari, a évoqué la valeur historique et symbolique du «Casino» pour les habitants de la région, rappelant que la municipalité d’Hammam-Lif a lancé un appel d’offres relatif au réaménagement et à la rénovation du Casino, monument historique limitrophe de la plage, en vue de l’exploiter comme espace culturel et touristique.

Dans une déclaration aux médias, le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mohamed Rekik, a indiqué que son département est fier d’adhérer à ce projet de PPP dans le but d’investir dans les domaines culturel et touristique, lesquels constituent un plus en matière de préservation du patrimoine et d’appui à l’économie.

La rénovation du Casino d’Hammam-Lif est un projet pilote dont le ministère du Tourisme œuvre à garantir la réussite ainsi que le succès de 16 autres projets dans plusieurs sites historiques en vue de soutenir le tourisme et la culture dans le pays, a affirmé pour sa part le ministre du Tourisme, Mohamed Moez Ben Hassine.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire