Le Tunisien est devenu l’un des plus grands consommateurs d’eau en bouteille dans le monde avec une moyenne de plus de 220 litres par an.


Le recours à l’achat de bouteilles d’eau minérale est essentiellement dû à la détérioration de la qualité de l’eau et son indisponibilité dans plusieurs régions. Selon les chiffres publiés dans la récente étude du Ftdes sur « Les droits environnementaux : entre violations et luttes quotidiennes », au fil des années, cette situation a contribué à l’essor du marché de l’eau en bouteille, portant le nombre d’unités de 6 en 1989 à 29 unités en 2020. En parallèle,  la consommation tunisienne d’eau en bouteille a, également, connu une augmentation atteignant 225 litres de consommation par habitant en 2020, alors qu’elle était estimée à 40 litres par an. Quant aux ventes d’eau en bouteille, elles sont passées de 879 millions de litres en 2010 à 2.700 millions de litres en 2020, faisant de la Tunisie le quatrième pays au monde en termes de consommation d’eau en bouteille.

La vente des eaux d’origine inconnue explose

L’étude ajoute que la plupart des unités de conditionnement sont localisées dans les régions intérieures marginalisées et appauvries qui souffrent de la soif, comme c’est le cas pour les gouvernorats de Zaghouan, Kairouan et Sidi Bouzid dont le taux d’absence ou de coupure d’eau est le plus élevé. A titre d’exemple, bien que la ville de Haffouz dispose de deux sociétés d’eaux minérales, elle a connu le plus grand nombre de protestations liées à l’eau au niveau du gouvernorat de Kairouan avec 21 protestations en 2021 d’après le département de la Justice environnementale de Kairouan. De plus, une partie de cette eau est destinée à l’exportation. « Malgré le fait que les ressources naturelles appartiennent au peuple tunisien, les investisseurs privés se sont accaparé des nappes phréatiques de haute qualité, profitant de la faiblesse ou l’absence totale de contrôle par les autorités compétentes…

L’absence d’eau dans certaines régions, ainsi que le prix de vente élevé de l’eau minérale ont engendré la propagation de la vente des eaux d’origine inconnue. En raison de la détérioration de leur pouvoir d’achat, les classes moyennes ainsi que les pauvres se sont trouvés obligés d’acheter cette eau qui ne fait l’objet d’aucune campagne de surveillance de sa composition ou de sa potabilité », indique la même source.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meriem KHDIMALLAH
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire