La Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) a affirmé, mardi, que « l’accumulation de ses dettes et des créances non payées par ses clients qui s’élèvent à 2 800 millions de dinars, n’impactera en aucun cas le rythme d’approvisionnement du pays en électricité et en gaz naturel ».

La société a indiqué qu’elle « veillera à assurer la continuité de l’approvisionnement en électricité et en gaz, malgré la hausse des prix de l’énergie à l’échelle internationale et l’accumulation des créances non payées ».

La STEG a rappelé qu’elle a réussi à assurer l’approvisionnement du pays en électricité durant la période estivale exceptionnelle ayant connu une hausse record des degrés de températures et en dépit d’un contexte mondial et énergétique difficile.

Elle a précisé que la demande sur l’électricité a connu une augmentation remarquable, atteignant un pic, le 8 septembre 2022 à 15 h 30, en s’établissant à 4 677 mégawatts contre 4 472 mégawatts enregistrés l’année dernière.

La STEG a, par ailleurs, exprimé son engagement à honorer ses engagements financiers envers ses fournisseurs, dont la société algérienne Sonatrach, malgré sa situation financière difficile.

Le communiqué de la STEG intervient en réponse à des informations véhiculées sur un éventuel impact de sa situation financière sur sa capacité à assurer la continuité du service public.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Mohamed Gzara

    14/09/2022 à 14:35

    C’est normal d’avoir une situation financière difficile puisque ses responsables gèrent mal leurs finances. Sinon comment expliquer pourquoi leurs financiers se permettent de laisser des chèques à verser durant 20 jours dans leurs tirois caisse au lieu de les verser dans les comptes de la STEG qui supporte durant ce temps là les montants des intérêts de ses comptes à soldes negatifs à moins que ……

    Répondre

Laisser un commentaire